Faire valoir un patrimoine. Comment une école polytechnique investit la numérisation de la collection audiovisuelle d'un festival musical.

par Alexandre Camus

Projet de thèse en Sciences, technologies, sociétés

Sous la direction de David Pontille et de Dominique Vinck.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université de Lausanne , dans le cadre de EOS - Économie, Organisation, Société , en partenariat avec Centre Sociologie de l'Innovation (laboratoire) et de École nationale supérieure des mines (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 12-01-2014 .


  • Résumé

    Une question est au cœur du mouvement de numérisation des patrimoines culturels : s'agit-il de la libération d'une essence vis-à-vis des contraintes de la matière (dématérialisation) ou d'un ensemble de transformations plus ou moins radicales des contenus ? L'enquête repose sur une immersion au sein de l'équipe d'ingénieurs et de chercheurs de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) qui assure la numérisation, la valorisation et la sauvegarde des archives audiovisuelles du Montreux Jazz Festival. Au-delà des défis techniques, l'EPFL se saisit de cette collection avec l'objectif de la convertir en matière première pour l'innovation et la recherche. L'équation est simple en apparence : la conservation de ce patrimoine passera par sa valorisation dans des innovations assurant autant le rayonnement de l'école que la circulation et la vitalité des enregistrements numérisés. Empruntant aux STS et aux Information Infrastructure Studies, l'enquête ethnographique se concentre dans un premier temps sur le travail des données et la production du fait digital. Le second chantier renseigne la construction d'un réseau sociotechnique de mise en valeur. La dynamique de numérisation est ainsi envisagée comme un processus associant de nouveaux acteurs à l'existence du patrimoine et au maintient des données numériques.

  • Titre traduit

    Valuing cultural heritage. How a polytechnic school invests in the digitization of the audiovisual collection of a music festival.


  • Résumé

    At the heart of the movement of cultural heritage digitalization is a question : Is there a liberation of the essence from the material constraints (dematerialization) or is it a set of more or less radical transformations of the contents ? The inquiry is based on an immersion in the team of engineers and researchers of the Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne ( EPFL) which is in charged of the digitization, the valorization and the sustain of the audiovisual archives of the Montreux Jazz Festival. Beyond the technical challenges, the EPFL handles this collection with the aim to transform it in raw material for innovation and research. The equation is seemingly simple : The conservation of this heritage will be assured by its valorization through innovations and technological developpments which will support the international visibility of the school as much as the circulation and the vitality of the digitalized recordings. Crossing Science and Technology Studies and Information Infrastructure Studies, this ethnographical work is focusing in a first step on the work of the data and the production of digital facts. The second track follows the construction of a sociotechnical network of valorization. The digitization dynamique is then considered as a process associating new actors to the existence of this heritage and the maintenance of digital data.