Séléné : eclipses, éclat et reflets

par Julia Wang

Thèse de doctorat en Langues et littératures anciennes

Sous la direction de Charles Delattre.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre) , en partenariat avec Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (laboratoire) depuis le 01-09-2014 .


  • Résumé

    La lune dans le monde grec est un objet d’étude problématique dont la définition n’est pas unique et homogène. L’aspect sur lequel nous avons choisi de focaliser nos analyses, celui de la visualité, permet toutefois de faire ressortir certaines cohérences et de rendre compte à la fois de la figure divine de Séléné, déesse qui se manifeste dans le domaine du visible par ses apparitions et ses disparitions, et du récit d’Endymion, amant de la Lune au sommeil éternel. Notre recherche s’articule en quatre axes : la lumière de la lune, avec les visions qu’elle suscite et les représentations associées aux éclipses ; Séléné et son mode d’action en tant que déesse visible et œil du ciel ; Endymion et les représentations textuelles et iconographiques de son sommeil, soulevant la question du rêve ; enfin la lune comme miroir et source de reflets ou eidôla. La perspective adoptée, inspirée de l’anthropologie historique, dégage des structures et des relations en s’appuyant sur l’analyse contextualisée des sources au sein d’un corpus large (de la période archaïque à la fin de l’époque impériale). Il ne s’agit pas de définir une « mythologie lunaire » globale, mais plutôt de dégager les éléments qu’éclaire la caractérisation de la lune comme objet visuel.

  • Titre traduit

    Selene : eclipses, light and reflection


  • Résumé

    The moon in the ancient Greek world is a problematic topic, for which there is no single, homogeneous definition. Nevertheless, the focus on visualness that we have chosen for our study, allows us to make out some elements of consistency and to account both for the existence of Selene as a divine figure making herself manifest in the visible world by appearing and disappearing, and for the tale of Endymion, the moon-goddess’ lover, and of his eternal sleep. Our work is divided in four parts: we first focus on the light of the moon and the visions it summons, as well as the representation of lunar eclipses; secondly, on Selene and her way of acting as a visible goddess and as a celestial eye; thirdly, on Endymion and the textual and iconographic representations of his sleep, which allows us to deal with the question of dreaming; fourthly, on the moon as a mirror and a source of reflections (eidola). The perspective that we choose to adopt is inspired by the methods of historical anthropology. We aim to shed light on structures and relations, relying on the analysis of various sources in context within a vast corpus extending from the archaic period to the end of the Roman Empire. Our goal is not to define a general “lunar mythology”, but rather to examine what the definition of the moon as a visual object might reveal.