Existe-t-il un lien entre ce que je pense et ce que j'imagine ? Une approche processuelle centrée sur les pensées répétitives négatives et la perspective visuelle en imagerie mentale

par Perrine Douce

Thèse de doctorat en Psychologie clinique et pathologique

Sous la direction de Celine Baeyens.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire interuniversitaire de Psychologie/Personnalité, Cognition, Changement social (laboratoire) .


  • Résumé

    Les recherches actuelles en psychologie clinique sont centrées sur l'étude des processus psychologiques impliqués dans le développement et le maintien de nombreux troubles psychologiques. Deux de ces processus ont fait l'objet de nombreuses études : les pensées répétitives négatives (PRN), qui sont majoritairement verbales, et la perspective visuelle adoptée dans les images mentales (i.e., acteur vs. observateur). Bien que représentant des phénomènes distincts, les PRN et la perspective d'observateur semblent toutes deux avoir une fonction d'évitement et dépendre d'un processus d'abstraction centré sur l'analyse du « pourquoi » des événements (i.e., l'adoption d'un mode abstrait de traitement de l'information). Ces similarités fonctionnelles et processuelles amènent à se questionner sur les liens possibles entre les PRN et la perspective d'observateur. Pourtant, très peu d'études se sont intéressées à cette association. Par conséquent, cette thèse portait sur les liens entre les PRN et la perspective d'observateur en imagerie mentale, ainsi qu'à leur processus sous-jacent (i.e., l'abstraction) et leur fonction (i.e., l'évitement). Les résultats de quatre études corrélationnelles indiquent que les PRN et la perspective d'observateur ne sont pas associées. Ils répliquent aussi des résultats d'études passées sur le rôle de l'évitement et de l'abstraction dans les PRN mais pas dans la perspective d'observateur. Les résultats de trois études expérimentales montrent également que l'induction de PRN sur un mode abstrait n'a pas d'effet sur la perspective visuelle adoptée ou la réactivité émotionnelle et, plus globalement, que l'induction d'un mode abstrait de traitement de l'information n'a pas d'effet sur la perspective visuelle adoptée, les PRN, ou la réponse émotionnelle lors de l'anticipation ou le rappel d'une tâche émotionnelle. Finalement, une méta-analyse conduite sur les études publiées et les études menées dans le cadre de cette thèse semble confirmer l'absence de lien entre les PRN et la perspective d'observateur. Dans l'ensemble, il semblerait que les PRN et la perspective d'observateur en imagerie mentale ne soient pas associées. Ces résultats sont discutés au regard des modèles théoriques et des implications méthodologiques.

  • Titre traduit

    Is there a relationship between what I think and what I imagine? A processual approach focused on repetitive negative thinking and visual perspective in mental imagery


  • Résumé

    Current research in clinical psychology is focused on the study of psychological processes implicated on the onset and maintenance of many psychological disorders. Two of these processes have been extensively explored: repetitive negative thinking (RNT), which is predominantly verbal, and the visual perspective adopted in mental images (i.e., actor vs. observer). Even if they represent two distinct phenomena, RNT and the observer perspective both seem to serve an avoidance function and be underpinned by a process of abstraction focused on the analysis of the “why” of events (i.e., the adoption of an abstract level of construal). These functional and processual similarities suggest a potential association between RNT and the observer perspective. However, few studies have examined this association. Therefore, this dissertation explored the association between RNT and the visual perspective in mental imagery as well as their underlying process (i.e., abstraction) and function (i.e., avoidance). Results of four correlational studies showed that RNT and the observer perspective were not associated. They also replicated results from previous studies on the role of avoidance and abstraction in RNT but not in visual perspective. Results from three experimental studies also showed that the induction of RNT at an abstract level had no effect on visual perspective or emotional reactivity, and more generally, that the induction of an abstract level of construal did not influence visual perspective, RNT, and emotional response during the anticipation or the post-event processing of an emotional task. Finally, a meta-analysis conducted on published studies as well as on our studies confirmed the absence of association between RNT and the observer perspective. Overall, it seems that RNT and the observer perspective adopted in mental imagery are not associated. These results are discussed in light of theoretical models and methodological implications.