Simultanéité des paysages : métamorphoses créatrices et empreintes intimes.

par Gabriela Golin

Projet de thèse en Arts

Sous la direction de Eric Bonnet.

Thèses en préparation à Paris 8 , dans le cadre de 159 "Esthetique, sciences et technologies des Arts" , en partenariat avec Arts des images et art contemporain (laboratoire) depuis le 28-10-2015 .


  • Résumé

    L’objet de cette thèse est l’étude des métamorphoses par lesquelles passent les perceptions et les souvenirs qui en se transformant en mouvements corporels deviennent trait, image, forme, œuvre d’art. Devant l’immensité de ce champ de recherches, nous avons retenu quatre composantes avec lesquelles travaillent les artistes : le temps et l’importance de la mémoire dans le processus créateur ; l’espace et l’importance des cadres socioculturel, linguistique, géographique, historique ; les matériaux concrets et abstraits et leurs interdépendances au cours de leurs transformations en œuvre d’art ; enfin l’acte créateur – pensée ou geste – capable de réunir en un seul mouvement l’espace, le temps, la matière, l’esprit et le corps de l’artiste. En somme, ces mouvements créateurs reliés par les systèmes mnésiques dans le temps, cadrés par des schèmes et dispositions de l’espace socioculturel, contraint par les matériaux concrets et abstraits construisent les œuvres d’art. La compréhension du travail créateur envisagée prend en compte, non seulement les actes créateurs et les différents procédés mis en œuvre, mais aussi le développement d’une pensée, d’une relation à multiples systèmes de référence entre l’artiste et le monde qui l’entoure et entre l’artiste et les mondes qu’il crée. Il ressort de toute étude sur les pratiques artistiques qu’en raison de sa diversité, aucune analyse ne permet d’avancer une hypothèse explicative unique parce que chaque artiste à chaque instant répond différemment aux questions et aux problèmes rencontrés. Il nous a semblé ainsi pertinent de suivre la méthodologie archéologique soutenue par Michel Foucault pour mettre en lumière les articulations possibles entre théories, analyses d’œuvres et pratiques artistiques des artistes ici présentés.

  • Titre traduit

    Simultaneity of landscapes: creative metamorphose and intimate imprint


  • Résumé

    The object of this thesis is the metamorphoses through which perceptions and memories are transformed into corporal movements to create a piece of art. Given the vastness of this field of research, we selected four components with which artists work: time and the importance of memory in the creative process; space and the importance of sociocultural, linguistic, geographical and historical frameworks; concrete and abstract materials and their interdependencies during their transformations into a work of art; and finally the creative act - thought or gesture - capable of unifying, in a single movement, the space, time, matter, mind and body of the artist. In short, these creative movements linked by mnemonic systems in time, framed by patterns and dispositions of sociocultural space, constrained by concrete and abstract materials construct every work of art. The understanding of the creative work takes into account not only the creative acts and different processes, but also the development of a thought, a relationship with multiple systems of reference between the artist and the world and between the artist and the worlds he creates. It emerges from any study of artistic practices that, because of its diversity, no analysis can put forward a single explanatory hypothesis because each artist at each moment responds differently to the questions and problems encountered. It thus seemed relevant to us to follow the archaeological methodology supported by Michel Foucault in order to shed light on the possible articulations between the theories, the analyses of works and the selected artistic practices presented here.