La figure de l'entre dans la littérature de migration

par Valentina Anacleria

Projet de thèse en Lettres et arts spécialité recherches sur l'imaginaire

Sous la direction de Claude Fintz et de Valéria Villa-perez.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes (ComUE) , dans le cadre de Langues, Littératures et Sciences Humaines , en partenariat avec UMR 5316 Litt&Arts (Arts & Pratiques du Texte, de l'Image, de l'Ecran & de la Scène) (laboratoire) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    Cette thèse s'inscrit dans la thématique des écritures issues de la migration et vise à observer leur rôle dans deux différents pays : la France et l'Italie. En France, les spécialistes ont établi l'existence d'un mouvement littéraire appelé "littérature beure". Il s‘agit d'une typologie de littérature crée par des écrivains d'origine maghrébine, dont les parents ont immigrés en France. Le terme ‘beur' est le résultat du procédé argotique du verlan du mot ‘arabe' et indique un contexte particulier de créolisation et d'ambigüité culturelle. Dans le contexte français, des études s'interrogent déjà sur le problème de la dénomination des écrits littéraires nés à la suite du choc des langues et des cultures. Par contre, en Italie, il n'y a pas un véritable mouvement qui est en mesure de prendre en charge la définition d'une forme d'écriture issue de la migration. Ici, on trouve des expressions du type « littérature d'immigration », « littérature testimoniale », « littérature d'exil », « littérature autobiographique » ou « littérature nostalgique ». En bref, la problématique principale de ce projet de thèse est double : - d'un côté nous allons chercher à comprendre les changements survenus en littérature aux temps contemporains à travers la forme spécifique de l'écriture de la migration ; - de l'autre côté nous allons vérifier la possibilité d'appliquer la théorie de l'écart et de l'entre du sinologue François Jullien en faisant des écritures migrantes notre terrain d'expérimentation pour avancer l'existence d'une « littérature de l'entre ».

  • Titre traduit

    The figure of "entre" in the migration literature


  • Résumé

    This research project concerns the development of the migrant writing and in particular its position in two different cultures: France and Italy. In France, in fact, scholars have established the existence of a literary movement named "litérature beure" to indicate a kind of literature written by African writers, whose parents emigrated in France from Maghreb. ‘Beur' is the outcome of the argotic process in the verlan dialect of the French word ‘arabe' that indicates the process of cultural ambiguity and creolisation in this context. In general, in the French context there is already an attention to the problem of individuating a specific name to define the products of the cultural literary melting pot. On the contrary, in Italy, there is not a specific movement able to establish a form of immigrant writing. In the Italian context, there are expressions such as “immigrant literature”, “testimonial literature”, “exile literature”, “autobiographical literature” or “nostalgic literature” . The main targets of the project regard the comprehension of literary transformation in the contemporary period through the specific form of immigrant writing and the possibility to adopt the theory of François Jullien about the “écart” and the “entre” to this literature in order to propose a new idea of literature.