A grammar of Kwakum

par Elisabeth NJANTCHO KOUAGANG

Thèse de doctorat en Sciences du langage : linguistique et didactique des langues

Sous la direction de Martine Vanhove et de Mark L. O. van de Velde.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) , en partenariat avec Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) (établissement de préparation) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    Cette thèse est une description des systèmes phonologique et morphosyntaxique du kwakum, langue bantu A90 parlée dans la région de l’Est du Cameroun. Les données qui sont analysées dans ce travail ont été collectées à Sibita, un village de l’Arrondissement de Doumé. Le kwakum a une série de 28 consonnes parmi lesquelles des occlusives aspirées et labio-vélaires. Il possède un système vocalique de sept voyelles à longueur contrastive. L’analyse tonale est basée sur la distinction H vs. B vs. 0. Le système de classe nominale est quelque peu réduit et les correspondances entre les classes du kwakum et celles du Proto Bantu restent problématiques. Il existe huit classes morphologiques qui indiquent le nombre et cinq classes nominales qui déterminent l’accord. L’on note également un accord par défaut déclenché par les noms singuliers, ce qui suggère que la réduction du système de classe nominale est encore en cours. Le syntagme nominal est le seul domaine où s’observe l’accord en classe nominale. Dans les constructions connectivales, la tête syntaxique n’est pas nécessairement la tête sémantique. Le Kwakum possède des «ambipositions» employées comme préposition si le complément est nominal et comme postposition si le complément est pronominal. L’expression du temps verbal nécessite l’utilisation d’auxiliaires ou d’affixes temporels qui peuvent être combinés à un schème tonal de remplacement apparaissant sur les bases verbales. L’ordre des constituants dans la phrase est SVO. L’on note également des phrases averbales formées de deux noms ou d’un nom/pronom et d’un démonstratif. Les appendices contiennent un lexique kwakum-français et deux textes transcrits, glosés, traduits accompagnés de fichiers audio.

  • Titre traduit

    Grammaire du kwakum


  • Résumé

    This thesis provides an analysis of the phonological and morphosyntactic systems of Kwakum, a Bantu A90 language spoken in the East Region of Cameroon. The data analysed in this work was collected from Kwakum speakers living in Sibita, a village located in the Doume Subdivision. Kwakum has a series of 28 consonants, among which aspirated and labiovelars stops. Its seven-vowel system is marked by contrastive length. The tone analysis is based on the distinction H vs. L vs. 0. The noun class system is somewhat reduced and the correspondences between the Kwakum classes and those of Proto Bantu are still problematic. There are eight morphological classes, marking number, and five noun classes which determine agreement. There is also a default agreement pattern triggered by singular nouns. This suggests an ongoing breakdown of the noun class system. Noun class agreement can only be observed within the noun phrase. In connective constructions, the syntactic head is not necessarily the semantic head. Kwakum has “ambipositions”, used as prepositions with nominal complements and as postposition with pronominal complements. Tense marking involves the use of tense auxiliaries or affixes which may be combined with a replacive tone scheme assigned to the verb stem. Kwakum is a SVO language and also presents instances of non-verbal clauses involving two nouns or a noun/pronoun and a demonstrative. The appendices include a Kwakum-French lexicon and two texts transcribed glossed and time-aligned with audio.