Analyse spatiale et temporelle des extrêmes climatiques en Bourgogne-Franche-Comté : impacts sur la viticulture.

par Catinca Gavrilescu

Projet de thèse en Climatologie

Sous la direction de Yves Richard et de Benjamin Bois.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de Environnements Santé , en partenariat avec Biogéosciences (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    La littérature scientifique, largement fournie concernant le changement climatique (voir la synthèse considérable que représentent les rapports du GIEC, en 2014) ne permet pas à l'heure actuelle d'avoir une lecture claire quant à l'évolution des risques en viticulture liés aux extrêmes thermiques (stress hydrique et thermique, vagues de froids tardives entrainant le gel ou des déséquilibres physiologiques…). Certes l'augmentation quasi généralisée, constatée et attendue à l'avenir, de l'intensité et de la fréquence des vagues de chaleur fait consensus (Meehl et Tebaldi 2004; Fischer et Schär 2010; IPCC 2014). Mais concernant les événements froids, l'analyse est plus délicate. La circulation des masses d'air à large échelle perturbée par un réchauffement non-uniforme sur l'ensemble du globe (l'augmentation de la température étant plus forte au niveau des régions polaires boréales) pourrait favoriser l'accroissement d'évènements climatiques extrêmes (chauds, froids, secs ou humides) aux moyennes latitudes (Screen et Simmonds 2014). On observerait alors un maintien, voire un accroissement de l'occurrence d'événements froids en dépit d'un réchauffement global et plus généralement une variabilité inter-journalière ou hebdomadaire accrue, et notamment des extrêmes thermiques impactant les écosystèmes. Ainsi, les risques climatiques pour l'agriculture pourraient s'accroître au cours du XXIème siècle. La thèse de doctorat a pour objet l'étude de l'évolution spatiale et temporelle des extrêmes thermiques et des risques associés pour la viticulture en Bourgogne-Franche-Comté, sur la période 1979-2100.

  • Titre traduit

    Spatial and temporal analysis of climate extremes in Bourgogne-Franche-Comté: impacts on viticulture


  • Résumé

    The scientific literature, which is widely available on climate change (see the considerable synthesis of the IPCC reports in 2014), does not currently allow a clear reading of the evolution of viticulture risks related to climate change. thermal extremes (water and thermal stress, late cold waves causing freezing or physiological imbalances ...). Certainly, the near-universal increase, observed and expected in the future, in the intensity and frequency of heat waves is a consensus (Meehl and Tebaldi 2004, Fischer and Schär 2010, IPCC 2014). But concerning cold events, the analysis is more delicate. Large-scale circulation of air masses disrupted by non-uniform global warming (increased temperature in boreal polar regions) could increase extreme weather events (hot, cold, dry or humid) at mid-latitudes (Screen and Simmonds 2014). We would then observe a maintenance, or even an increase in the occurrence of cold events despite global warming and more generally increased inter-day or weekly variability, including thermal extremes impacting ecosystems. Thus, climatic risks for agriculture could increase during the 21st century. The doctoral thesis aims to study the spatial and temporal evolution of thermal extremes and the associated risks for viticulture in Bourgogne-Franche-Comté, over the period 1979-2100.