Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques

par Marion Labourey

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Anne Tomiche.

Soutenue le 30-11-2018

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre de recherche en littérature comparée (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Marc Moura.

Le jury était composé de Emmanuel Bouju, Yves Clavaron, Tiphaine Samoyault.


  • Résumé

    Le récit magico-réaliste entretient avec l’écriture de l’histoire un rapport très étroit. Entre les années 1940 et les années 1980, dans toute l’aire géographique américaine, s’est développé et a évolué une fiction magico-réaliste qui se donne comme objectif la transcription de données anthropologiques, concernant les populations dominées américaines, qu’elles soient composées d’autochtones, d’esclaves ou de descendants d’esclaves, dans un univers romanesque où réalisme et magie se côtoient sans tensions. Ainsi, en abordant les périodes passées du continent américain, les auteurs de récits magico-réalistes ont construit un type de fiction qu’ils ont façonné dans le but de permettre une expression littéraire de l’opération historiographique, qui ne peut pas se substituer à la science historique, mais qui peut donner, d’une façon qui tire parti des potentialités de la fiction, une voix à ceux qu’un discours dominant et des structures de pouvoir ont longtemps laissés dans l’ombre. Nous étudierons donc comment les récits magico-réalistes écrivent l’histoire, et notamment restituent des visions du monde longtemps ignorées, dans une perspective proche de l’histoire des représentations. Une telle entreprise littéraire et historique constitue par-là même un phénomène structurant pour le champ littéraire américain, mais aussi caribéen. Notre corpus d’étude trilingue réunit des auteurs de tout le continent américain : Miguel Ángel Asturias, Alejo Carpentier, Juan Rulfo, Toni Morrison, Wilson Harris, Toni Cade Bambara, Jean-Louis Baghio’o, Jacques Stephen Alexis et Maryse Condé.

  • Titre traduit

    The writings of history in the narratives of magic realism in the Americas


  • Résumé

    The magical realistic narrative is deeply linked with the writing of history. Between the 1940’s and the 1980’s, throughout the entire America, has been developed and has evolved the magic realism which let the authors of such narratives to transcribe anthropological datas, coming from dominated populations of America (Natives, slaves or former slaves) in novels in which realism and magic can mix without tension. Then, by describing the past periods of the American continent, the authors of magic realism narratives have built a kind of fiction able to imitate, but not replace, the historical investigation : they can, with the help of the specific resources of fiction, give a voice to those who where kept in the dark for so long. We will study how the authors of magic realism narratives write history, et transcribe the representations of people who were not considered before. Such a literary phenomenon is fundamental in the building of an American literary filed. Our trilingual corpus gathers these nine authors : Miguel Ángel Asturias, Alejo Carpentier, Juan Rulfo, Toni Morrison, Wilson Harris, Toni Cade Bambara, Jean-Louis Baghio’o, Jacques Stephen Alexis et Maryse Condé.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 31-12-2021

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.