Communiquer entre espèces pour faire face au prédateur : le cas des cris de harcèlement chez les passereaux

par Mylène Dutour

Thèse de doctorat en Écologie

Sous la direction de Thierry Lengagne et de Jean-Paul Léna.

Soutenue le 28-11-2018

à Lyon , dans le cadre de École Doctorale Evolution Ecosystèmes Microbiologie Modélisation , en partenariat avec Université Claude Bernard (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Laboratoire d'Écologie, des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés (laboratoire) .

Le président du jury était Emmanuel Desouhant.

Le jury était composé de Thierry Lengagne, Jean-Paul Léna, Claire Doutrelant, Bruno Faivre, Sylvie Massemin-Challet.

Les rapporteurs étaient Simon Chamaillé-Jammes, Clémentine Vignal.


  • Résumé

    Si le signalement du prédateur provoque le plus souvent la fuite des proies, il induit parfois un comportement particulier incitant la proie à s’approcher du prédateur et le harceler pour provoquer son départ plutôt que de se mettre hors de sa portée. Ce comportement de harcèlement s’accompagne de l’émission d’un signal hétérospécifique conduisant de nombreuses espèces à venir harceler le prédateur. L’objectif de mon travail de thèse est de comprendre comment est régi le transfert d’informations entre plusieurs espèces de passereaux dans le cas du comportement de harcèlement d’un prédateur. Mes travaux montrent que le comportement de harcèlement des passereaux face à un rapace nocturne dépend du risque de prédation posé par ce prédateur. Par ailleurs, les résultats indiquent un transfert d’informations entre les espèces et mettent en évidence une propension variable des différentes espèces à se rallier autour du harceleur. Les variations observées dans la réponse aux cris de harcèlement émis par des individus hétérospécifiques peuvent dépendre de la similarité acoustique, des relations interspécifiques et des variations saisonnières. Mes résultats indiquent aussi que la connaissance préalable des signaux de harcèlement n'est pas indispensable pour induire une réponse, même si un processus d’apprentissage associatif favorise sa mise en place. Mon travail suggère également une évolution convergente des cris de harcèlement, générant des signaux dont la structure permet une localisation rapide de l’émetteur, indispensable pour rameuter des proies potentielles lors du harcèlement. L’ensemble de ces avancées nous oblige désormais à considérer la communication acoustique chez les passereaux en prenant en compte le risque de prédation, les interactions hétérospécifiques et la complexité des signaux acoustiques

  • Titre traduit

    Communication between species to deal with the predator : the case of mobbing calls within passerine birds


  • Résumé

    Signaling the presence of a predator most often causes the escape of prey, but it sometimes induces a particular behaviour prompting prey to approach and harass the predator to cause his departure. This mobbing behaviour is associated with the emission of signals leading individuals from different species to come harass the predator. The objective of this thesis is to understand how the transfer of information between several passerine species is organized in mobbing behaviour against predators. My work shows that the mobbing behaviour of passerine birds against a nocturnal raptor depends on the predation risk imposed by this predator. In addition, my results indicate a transfer of information between species and highlight a variable propensity of different species to rally around the harasser. The observed variations in the response to heterospecific calls depended on acoustic similarity, interspecific relationships and seasonality. My results also indicate that prior knowledge of harassment signals is not essential to induce a response, even if an associative learning process promotes its implementation. My work also suggests a convergent evolution in mobbing calls, generating signals with a structure that allows the emitter to be quickly located, an essential parameter to rally potential prey during harassment. My thesis consequently shows that to better understand acoustic communication in passerine birds, it is necessary to consider predation risk, heterospecific interactions and the complexity of acoustic signals


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.