Sociabilités en ligne, usages et réseaux

par Raphaël Charbey

Thèse de doctorat en Informatique et Réseaux

Sous la direction de Christophe Prieur et de Antonio A. Casilli.

Le président du jury était Florence d' Alché-Buc.

Le jury était composé de Claire Bidart, Nicolas Trotignon.

Les rapporteurs étaient Fabrice Rossi.


  • Résumé

    Avec l’avènement du numérique, il est désormais possible aux chercheurs d’amasser des grandes quantités de données et les plateformes de réseaux sociaux en ligne ne font pas exception à cela. Les sociologues, comme d’autres, se sont emparés de ces nouvelles ressources afin de poursuivre leurs enquêtes sur les modalités de l’interaction entre individus et leur impact sur la structuration de la sociabilité. Suivant cette voie, ce travail de thèse vise à l’analyse d’un grand nombre de comptes Facebook, aussi bien au travers des outils classiques de l’analyse de données que de la théorie des graphes, à laquelle des contributions méthodologiques sont apportées. Deux facteurs principaux encouragent l’étude de l’activité et de la sociabilité en ligne. D’une part, le temps important dédié à cette plateforme par de nombreux internautes justifie l’intérêt porté par les sociologues aux échanges qui s’y construisent. Par ailleurs, et contrairement à ce que l’on peut observer sur d’autre sites de réseaux sociaux en ligne, les liens entre individus sur Facebook sont proches de ceux hors-lignes. Dans un premier temps, la thèse s’évertue à démêler les multiples facettes de ce à quoi ”être sur Facebook” correspond. Distribués autour de pratiques normatives fabulées, les usages de nos enquêtés fluctuent au gré de leur appropriation ou non des composantes de l’importante variété de moyens de communication proposés par la plateforme. Ces usages, comme on le verra, sont ainsi différemment adoptés selon les catégories socioprofessionnelles et influent par ailleurs sur les modalités d’échanges et d’interactions des enquêtés avec leurs amis en ligne. Ces modalités sont également explorées dans ce travail, tout comme le rôle du conjoint et sa place dans la structure relationnelle. La seconde partie de la thèse se propose de construire une typologie de ces structures relationnelles dites égocentrées, c’est-à-dire depuis le point de vue de l’enquêté. Cette typologie des réseaux de sociabilité en ligne se base sur l’énumération de leurs sous-graphes induits, les graphlets, initialement développée par des chercheurs en bioinformatique. Cette approche offre une vision méso (entre micro et macro) des réseaux, propice à souligner des phénomènes inédits de sociologie des réseaux. A fort potentiel pluri-disciplinaire, la méthodologie graphlets elle même est également discutée et explorée.

  • Titre traduit

    Online sociabilities, uses and networks


  • Résumé

    With the digital advent, it is now possible for researchers to collect important amounts of data and online social network platforms are surely part of it. Sociologists, among others, seized those new resources to investigate over interaction modalities between individuals as well as their impact on the structure of sociability. Following this lead, this thesis work aims at analyzing a large number of Facebook accounts, through data analysis and graph theory classical tools, and to bring methodological contributions. Two main factors encourage to study Facebook social activities. On one hand, the importance of time spent on this platform by many Internet users justifies by itself the sociologists interest. On the other, and contrarily to what we observe on other social network websites, ties between individuals are similar to the ones that appear offline. First, the thesis proposes to detangle the multiple meanings that are behind the fact of ”being on Facebook”. The uses of our surveyed are not compacted in fantasized normative practices but vary depending on how they appropriate the different composers of the platform tools. These uses, as we will see it, do not concern all the socioprofessional categories in the same way and they also influence how the respondents interact with their online friends. The manuscript also explores these interactions, as well as the lover role into the relational structure. Second part of the thesis builds a typology of these relational structures. They are said as egocentred, which means that they are taken from the perspective of the respondent. This typology of social networks is based on their graphlet counts, that are the number of times each type of subnetwork appear in them. This approach offers a meso perspective (between micro and macro), that is propitious to underline some new social phenomena. With a high pluri-disciplinary potential, the graphlet methodology is also discussed and explored itself.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Télécom Paris. Bibliothèque scientifique et technique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.