Plurilinguisme et traduction au Sénégal : le rôle de la traduction pour la reconnaissance des langues nationales et la promotion d'une politique des échanges linguistiques

par Birame Sarr

Thèse de doctorat en Traductologie

Sous la direction de Solange Hibbs et de Moussa Daff.

Le président du jury était Nathalie Vincent-Arnaud.

Le jury était composé de Solange Hibbs, Moussa Daff, Lieven D'Hulst, Christian Lagarde.

Les rapporteurs étaient Lieven D'Hulst, Christian Lagarde.


  • Résumé

    Ce travail de recherche s’inscrit dans le champ à la fois traductologique et sociolinguistique. Il est réalisé dans un environnement sociolinguistique particulièrement marqué par la diversité des langues dont la coexistence montre une inégalité de statut et d’usage. Notre étude porte sur deux langues dont le français et le wolof et couvre toute la période post-coloniale (de 1960 à aujourd’hui) pendant laquelle la question lancinante de la promotion des langues nationales reste la préoccupation majeure des différentes politiques linguistiques. Elle s’attache à étudier la traduction comme moyen de reconnaissance des langues nationales sénégalaises et comme outil de promotion des échanges entre ces langues et le français, seule langue officielle du pays. Cette thèse tente de démontrer la place incontournable de la traduction dans le rétablissement des équilibres linguistiques et socio-culturels mais également dans l’édification des langues nationales et de leur littérature. Cette étude mettra en avant les notions de transfert et de médiation entre les langues et cultures qui coexistent et au cœur desquelles se trouve la traduction. Elle est basée sur un corpus parallèle de textes du droit et de la santé traduits du français vers le wolof.

  • Titre traduit

    Multilingualism and translation in Senegal : the role of translation in the recognition of national languages ​​and the promotion of a language exchange policy


  • Résumé

    Our research work falls within the field of both translation studies and sociolinguistics. The sociolinguistic environment in which it is carried out is particularly characterized by a great diversity of languages that are unequal in terms of status and use. This study focuses on two languages, french and wolof, and covers the entire postcolonial period (from the independance in 1960 to now) during which the main concern of the different linguistic policies is about the promotion of the national languages. The aim is to study translation as a means that contributes to the recognition of of Senegalese languages and also as a tool that favours exchanges between these languages and French that represents the only official language of the country. This thesis attempts to show the important place of translation in restoring linguistic and socio-cultural balances and the role it plays and has to plays in the devolopment of national languages and their written literature. Therefore, we will put emphasis on the notions of tranfer and mediation between the languages and cultures that coexist. Finally, this study is based on a parallel corpus of legal and health texts translated from French to Wolof.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.