Bergson et Deleuze : deux métaphysiques de l'immanence au nom de la vie

par Arum Lee

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Pierre Montebello.

Le président du jury était Paul-Antoine Miquel.

Le jury était composé de Pierre Montebello, Sabine Forero-Mendoza, David Lapoujade, Camille Riquier.

Les rapporteurs étaient Sabine Forero-Mendoza, David Lapoujade.


  • Résumé

    Notre thèse a pour but d’identifier une nouvelle conversion philosophique dans les pensées de Bergson et Deleuze que nous qualifierons de métaphysique de l’immanence au nom de la vie et d’élucider le changement radical de la signification de la vie d’après cette conversion. Cette nouvelle métaphysique s’appuie sur l’empirisme qui réexamine la condition réelle de l’ expérience et qui nous oriente vers la pensée ontologique. Cette dernière se développe comme ontogenèse selon laquelle l’Être porte en lui-même la puissance de produire une nouvelle forme de sorte qu’aucune détermination fixée ne préexiste extérieurement à la genèse de l’Être. La productivité de l’Être, à savoir, la source de la virtualité et la puissance de l’actualisation, sont la Vie. Cette conception de la vie renvoie au Tout-ouvert qui s’instaure comme totalité du monde sans transcendance, c’est-à-dire, plan d’immanence et comme unité vivante. Si les métaphysiques de Bergson et de Deleuze se distinguent, c’est par l’écart entre l’affirmation de l’intuition qui peut saisir la réalité en tant que genèse du monde et la revendication de la pensée en droit qui peut saisir la raison suffisante qui permet la genèse du monde. La métaphysique de l’immanence au nom de la vie nous permet de penser l’absolu en dépassant le relativisme kantien de la connaissance humaine et de renverser le platonisme à l’égard de la conception de l’Être. C’est la philosophie du ni Dieu, ni Homme, mais de la Vie. La philosophie de la vie nous permet d’échapper au plan philosophique de l’essence - l’apparence depuis le platonisme et à celui de la condition – l’apparition depuis le Kantisme. Une vie n’est alors ni apparence ni apparition. Dans le monde d’immanence où nous vivons et où tout communique, une vie renvoie à une expression d’une Vie en actualisant une virtualité qui est la puissance intrinsèque au monde. C’est ainsi qu’il s’agit d’une création du mode d’existence pour la métaphysique de l’immanence au nom de vie.

  • Titre traduit

    Bergson and Deleuze : two metaphysics of the immanence in the name of the life


  • Résumé

    My thesis aims at identifying a new philosophical conversion in the thoughts of Bergson and Deleuze as metaphysic of immanence in the name of the life, and at elucidating the change of the signification for the life according to this conversion. This new metaphysics is based on the empiricism which re-examines the real condition of experience and steers us forward the ontological thought. It is developed as the ontogenesis according to which the Being retains in itself the potential to product the new form, so that any fixed determination does not pre-exist external to the genesis of the Being. The productivity of the Being, that is to say, the source of the potential and the power of the actualisation, it is the life. This concept of the life refers to the All-open which is founded as totality of the world without transcendence, in other words, plan of the immanence and living unity. If the metaphysics of Bergson and Deleuze are distinguished each other, it is because of the gap between intuition which can grasp the mobility of the reality as the genesis of the world and the logic of the thought which grasps the sufficient reason for the genesis of the world. The metaphysic of the immanence in the name of the life allow us to think the absolute, overcoming the Kantian relativism in terms of the human knowledge and reversing the Platonism with regard to the concept of the Being. It is the philosophy of neither God nor Human, but Life. The philosophy of Life escapes from two philosophical schemes of essence – appearance and condition – phenomenon. Therefore, a life is neither appearance nor phenomenon. In the world of immanence where we live and all the things communicate each other, a life means an expression of a Life actualizing the potentiality, that is, the intrinsic power to the world. That is the why the metaphysic of the immanence in the name of the life is concerned with the creation of the mode of existence.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.