Le tissage, mémoire de la matière retrouvée

par Omar Taktak

Thèse de doctorat en Arts et sciences de l'art. Arts plastiques

Sous la direction de Michel Sicard.

Soutenue le 12-12-2015

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Arts plastiques, esthétique et sciences de l'art (Paris) , en partenariat avec Institut d'esthétique des arts et technologies (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Amos Passing Fergombé.

Le jury était composé de Michel Sicard.

Les rapporteurs étaient Guy Lecerf.


  • Résumé

    Cette thèse, traitant la problématique du tissage et de son propre univers, cherche à élargir l’espace commun et restreint de la pratique du tissage et ses manifestations. Nous étudions, d’emblée, la technique de tissage traditionnelle, sa structure et sa composition. Les tapis berbères tunisiens sont pour tout chercheur des instruments de déchiffrage d’espaces plastiques porteurs de tant de significations. Ils sont un élément de mémoire culturelle, explicitant notamment le sens et les signes des motifs et des couleurs. Item pour les vêtements, leurs tissus sont un moyen d’identification et un support de communication. Le vêtement devient aussi «langage» à l’instar de la calligraphie. Le point, la ligne et la surface s’expriment en s’entrelaçant autrement. Ces éléments se structurent et se composent par le biais «d’autres chaines» et «d’autres trames», afin de nous proposer une autre facette de «tissu». Celui-ci devient tantôt numérique tantôt métaphorique. L’image numérique est donc le produit de cette nouvelle facette générée par l’usage de l’informatique. La science et la technologie ont procuré à l’art (participatif/hybride) de nouveaux outils plus complexes et plus variés afin de perpétuer l’interprétation des mondes et susciter les interrogations. Elles nous permettent d’accueillir et d’intégrer de nouvelles approches et médiums dans l’univers artistique tels que le mouvement, le son, la vidéo, etc., en créant un nouveau rapport du public à l’œuvre. L’espace public et urbain devient alors une matrice propice pour s’exprimer artistiquement.

  • Titre traduit

    Weaving, the memory of recovered matter


  • Résumé

    This thesis, treating the problematic of weaving and its proper universe looks for widening the common restricted space of the practice of weaving and its manifestations. At first, we studied the traditional weaving technique, its structure and composition. The Tunisian berber carpets are for all researchers an instrument of decoding plastic spaces, which carry many significations. They are an element of cultural memory, notably highlighting the sense and the signs of motifs and colors. Item for the clothes, their tissues are a medium of identification and a mean of communication. The piece of cloth also becomes a “language” just likecalligraphy. The point, the line and the surface entwine to bring out different expressions. These elements are structured and composed through “other channels” and “other wefts” in order to suggest another facet of “tissue”. This latter becomes digital sometimes and metaphorical for other times.Thus, the digital picture is the product of this new facet generated by the use of computer science. Science and Technology have provided to Art (whether participative of hybrid) new tools that are more complex and various aiming at perpetuating the interpretation of worlds and popping up interrogations. They allow us to receive and integrate new approaches and media within the artistic universe such as ; the motion, the sound, the video etc. while creating a new relationship between the audience and the artwork itself. Therefore, the public and urban space becomes a prosperous matrix to thrive artistically.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?