Travail et racisme : carrières d’intérimaires d’origine maghrébine et africaine et épreuves de la discrimination

par Gregory Giraudo

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Laurence Roulleau-Berger.

Soutenue le 25-11-2014

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Triangle, action, discours, pensée politique et économique (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Serge Paugam.

Le jury était composé de Michel Kokoreff, Michel Lallement, Jean-Paul Payet, Jacqueline Laufer.


  • Résumé

    Ce travail de thèse propose de s’intéresser aux insertions professionnelles et inscriptions économiques d’hommes et femmes originaires des pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne dans le travail intérimaire. L’accent sera porté dans un premier temps, sur la construction et l’expression de discriminations, révélatrices de formes de racisme plus ou moins fortes, plus ou moins directes, plus ou moins visibles, plus ou moins différenciées selon le genre, dans les cadres de l’intérim. L’analyse des processus identifiés nous amènera à parler d’un phénomène de démultiplication des cadres et de décentralisation des discriminations dans le travail intérimaire. Dans un second temps, nous nous intéresserons au racisme en tant qu’épreuve et nous soulignerons par quels mécanismes il se manifeste envers les salariés intérimaires, et comment ces derniers parviennent à gérer ou non des situations de mépris et de violence dans le travail. Nous verrons que tout autant que l’expression du racisme, les stratégies individuelles et collectives mises en exergue, participent à la réversibilité dans les carrières intérimaires, qu’elle se traduise par des résistances face à la stigmatisation ou par un renforcement et un durcissement des mécanismes de discrimination et d’exclusion. Mais d’autres stratégies individuelles et collectives peuvent se mettre en place face au racisme et aux discriminations, notamment celle consistant à se taire, à jeter un voile sur les violences, les situations de mépris, les insultes et autres humiliations. Etre victime de racisme consiste alors à « garder la face », à conserver un secret, sachant que ces stratégies peuvent aboutir à des bouleversements identitaires, voire, à la gestion « d’identités indicibles ». Les discriminations et les formes de racisme qui se construisent et s’expriment dans les cadres de l’intérim étant le plus souvent masquées, se présentant voilées, se glissant dans les plis des interactions, se cachant dans la répartition des tâches professionnelles ou l’attribution du sale boulot ; et les victimes se taisant ou n’étant pas reconnues comme telles, on parlera alors de discrimination silencieuse dans le travail intérimaire.

  • Titre traduit

    Work and racism : carrers of temporary employees from the Maghreb and African origin and events of discrimination


  • Résumé

    The aim of this thesis is to focus on the employment and economic integration of people originating from the Maghreb and sub-Saharan Africa countries in temporary work. Firstly, emphasis will be put on the construction and expression of discrimination, revealing different types of racism that can be more or less strong, more or less direct, more or less obvious, more or less differentiated according to gender. The analysis of the identified process will lead us to mention the phenomenon of proliferation of frameworks and decentralization of discrimination in temporary work. Secondly, we‘ll consider racism as a test, and we’ll underline the mechanisms by which it occurs to temporary workers, and how they face contempt and violence in the workplace. We’ll see that as much as expression of racism, individual and collective strategies highlighted participate to reversibility in the temporary careers. This reversibility can express itself either by resistance against stigmatization or by strengthening and hardening of discrimination and exclusion mechanisms. But other individual and collective strategies can arise against racism and discrimination, in particular remaining silent, putting a veil over violence, contempt situations, insults and other humiliations. Then being a victim of racism consists in "saving face", keeping a secret, knowing that such strategies may end up in identity changes or even in "untold identities." Discrimination and racism that arise and exist in the framework of the temporary work is often hidden, veiled, slipping into the folds of interactions, hiding in the distribution of work tasks or in being given the dirty work; along with victims remaining silent or not even recognized as such, then we speak of silent discrimination in the temporary work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.