La régulation du partage du pouvoir politique au Liban : la logique communautaire dans le cadre des accords de Taëf

par Monique Castaignède

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de René Otayek.

Soutenue le 12-02-2014

à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Bordeaux) , en partenariat avec Les Afriques dans le monde (Pessac, Gironde) (laboratoire) , Institut d'études politiques de Bordeaux (Pessac, Gironde) (fondation) , Université Bordeaux-IV (1995-2013) (équipe de recherche) et de Télescope Bernard Lyot / TBL (laboratoire) .

Le président du jury était Pierre Sadran.

Le jury était composé de Pierre Sadran, Mohamed-Chérif Ferjani, Michel Louis Martin.

Les rapporteurs étaient Mohamed-Chérif Ferjani, Michel Louis Martin.


  • Résumé

    L’analyse socio-historique de l’émergence du pouvoir politique au Liban, son essence même et son instrumentalisation conditionnent l’exercice de la régulation démocratique des conflits dans une société plurale dont le système politique repose sur un compromis historique, celui du Pacte de 1943.Ni Orient, ni Occident, ni vainqueur, ni vaincu.Les difficultés d’élaboration d’un projet consensuel et de mise en oeuvre d’une coalition gouvernementale, dans le modèle libanais de démocratie consociative ont favorisé la confrontation de la logique individuelle à la logique communautaire sans espace de subsidiarité.Cette thèse tend à démontrer que des Accords de Taëf jusqu’aux années post Doha, malgré la confirmation de l’autonomie segmentaire, le non dépassement des contradictions entre esprit de consensus et concentration du pouvoir sans réelle distribution de celui-ci a conduit à la définition d’un consensus minimal qui fragilise la stabilité du pays à travers des crises politiques successives.La démocratie consociative libanaise, forte de l’ouverture vers un espace public transcommunautaire, montrera-t-elle sa capacité à évoluer, en luttant contre le décalage existant entre les institutions du consensus représentées par ses élites politiques et la dynamique sociale ?

  • Titre traduit

    Power Sharing in Lebanon : political Sectarianism in the Ta’if Agreement


  • Résumé

    This analysis of the socio-historical birth of political power in Lebanon, its own nature as well as its implementation, concerns the different ways of viewing democratically regulated conflicts in a multi-directionally and politically oriented plural society based on a historical agreement signed in 1943.There is a challenge to compromise East and West, a balance without obvious loser and winner.The difficult project of creating a consensus among a governmental coalition while respecting the Lebanese model of democracy required personal and group compromises without room for subsidiarity.While taking into consideration the segmentation, the need to do not overlap the contradiction of consensus and opposing ideas among politico-communitarian cleavages, this work aims at demonstrating that the accord of Taef followed by the after Doha, lead to a fragile consensus which weakens the stability of the country during the following political crisis.The Lebanese consociate system re-enforced by opening to a transcultural public space may show its capacity to evolve, mature, within the existing gap between the consensus institution proposed by the elite and the social pressure.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.