Analyse de la tâche et physiologie appliquée au rugby : étude de la fatigue associée à l’exercice maximal isométrique répété

par Mathieu Lacome

Thèse de doctorat en Sciences des Activités Physiques et Sportives

Sous la direction de Muriel Bourdin.

Le président du jury était Jean-René Lacour.

Le jury était composé de Xavier Bigard, Martin Buchheit, Julien Piscione, Jean-Philippe Hager.

Les rapporteurs étaient Laurent Arsac, Stéphane Perrey.


  • Résumé

    L'objectif général de ce projet était d'analyser l'activité lors de compétitions de niveau international en rugby à XV et d'explorer l'évolution du niveau d'activité au cours du match pour quantifier la fatigue. Dans une première étude il a été démontré que le niveau d'activité ne variait pas de façon significative au cours du match si l'on quantifiait l'activité des joueurs par l'analyse de la vitesse et du rapport entre la durée d'activité et la durée de la récupération. Par contre, on observe une diminution significative de l'accélération moyenne sur la deuxième mi-temps, cette diminution étant plus particulièrement marquée pour le groupe constitué des troisièmes lignes et des talonneurs. Dans une deuxième étude, nous avons proposé d'étudier la fatigue lors de 12 répétitions d'exercice statique simulant la poussée en mêlée. Les résultats démontrent une diminution significative de la force produite de 11,7 % ce qui est relativement faible si l'on considère le protocole qui consistait à répéter 12 fois 5 s de poussée maximale entrecoupées de périodes de récupération de 15 s. Le faible coût métabolique de la contraction isométrique en comparaison de la contraction concentrique pourrait expliquer la diminution relativement faible de la force produite. L'ensemble de ces résultats suggère que l'enchaînement des séquences de jeu statiques et dynamiques et des périodes de récupération lors d'une compétition internationale permet de maintenir le niveau global d'activité

  • Titre traduit

    Time motion analysis and Applied Physiology in Rugby union : study of fatigue associated with repeated isometric maximal exercise


  • Résumé

    The overall objective of this project was to analyze the activity at international level competitions in rugby union and to explore the evolution of the level of activity during the match to quantify fatigue. In the first study it was demonstrated that the level of activity did not vary significantly during the match if velocity and the ratio between duration of activity and of recovery periods were analyzed. A significant decrease in the average acceleration in the second half was evidenced; this decrease was particularly marked for the group constituted by back rows and hookers. In a second study, we proposed to study fatigue during static exercise simulating the scrum. The results show a significant decrease in the force produced by 11.7 %, which is relatively low considering that the protocol consisted in 12 time 5 s of maximum effort interspersed with recovery periods of 15 s. The low metabolic cost of isometric contraction compared to concentric contraction could explain the relatively small decrease of the force produced. Taken together, these results suggest that the players’ combinations of action, static or dynamic, and recovery times were optimal for preventing large decrease in physical performance


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.