Étude morphostructurale et cartographie SIG du Rharb Septentrional et du Prérif (Maroc) : analyse sismotectonique et modélisation de la déformation de la région de Moulay Bousselham

par Safae Maychou

Thèse de doctorat en Sédimentologie marine et paléoclimatologie

Sous la direction de Roger Griboulard et de Khalid Mehdi.

Le président du jury était Bendahhou Zourarah.

Le jury était composé de Joëlle Riss, Christian Carruesco.

Les rapporteurs étaient El Hassan Boumaggard, Marc Robin.


  • Résumé

    Le présent travail porte sur l’étude de la marge nord du Bassin du Rharb entre les embouchures des oueds Loukkos et Sebou et les formations rifaines vers l’Est. L’évolution géologique récente de ce domaine est particulièrement complexe, cette région étant située entre les structures orogéniques du Rif et les formations stables hercyniennes de la Méséta Septentrionale vers le Sud. De plus, dans le cadre de la tectonique globale, nous devons également tenir compte des effets de la convergence Afrique-Europe et du développement, dans le Golfe de Cadix d’un important prisme d’accrétion tectonique compliqué d’épaisses séries mises en place à la faveur de grands glissements gravitaires. C’est dans ce contexte que nous avons menée, dans un premier temps, une analyse morphostructurale des données topographiques, en nous basant sur l’élaboration d’un SIG et les analyses des éléments de surfaces et des réseaux hydrographiques. Le document de synthèse nous a permis de mettre en évidence plusieurs éléments remarquables en particulier la forte incidence de la tectonique rifaine dans le Nord et le Nord-Est, l’existence d’une zone déprimée marquant la basse vallée du Loukkos et la présence d’orientations structurales Est-Ouest vers le Sud au niveau de la Lagune de Moulay Bousselham. Nous nous sommes attachés ensuite à traiter quelques profils de sismique réflexion de la partie sud de notre étude afin de coupler cette analyse à un essai de modélisation de la déformation. On constate alors que le raccourcissement, dans cette région, est excessivement faible. Nous devons donc admettre que l’ensemble des structures observées est à mettre en relation avec une succession de phases de compression auxquelles succéderons des phases de distension. Ces mouvements tardifs de relaxation généralisée sont largement favorisés par la présence, en profondeur, de niveaux de dysharmonie (marnes et argiles du Tortonien et du Messinien). Enfin, il apparaît clairement que la région de la lagune de Moulay Bousselham est à assimiler à un diverticule septentrional du grand bassin subsident de la plaine du Rharb et qu’elle constitue vraisemblablement une frontière morphostructurale majeure (limite du front de déformation ?) avec la présence de l’accident de l’Oued Drader et la structure de Lalla Zarha.


  • Résumé

    The present work is about the survey of the north boundary of the Rharb Basin between the mouths of the Loukkos and Sebou rivers and the rifian formations toward the East. The recent geological evolution of this domain is especially complex, this region being situated southwards between the orogenetic structures of the Rif and the steady variscan formations of the Méséta. Besides, in the setting of the global tectonics, we must also take account of the effects of the Africa-Europe convergence and the development, in the Gulf of Cadix of an important tectonic accrétionary prism complicated of thick sets setting up to the favour of gravitational slumps. It is in this context that we led in a first time a morphostructural analysis of the topographic data, while basing us on the development of a GIS and the analyses of the surfacial and hydrographic networks elements. The document of synthesis allowed us to put in particular in evidence several remarkable elements like the strong impact of the rifian tectonic in the North and the Northeast, the existence of a prominent depressed zone near the low valley of the Loukkos and the presence of East-west structural orientations southwards to the level of the Lagoon of Moulay Bousselham. We tried then to treat some profiles of seismic reflection of the south part of the survey in order to coupled this analysis to a test of modelling of the deformation. One notes whereas the shortening, in this region, is excessively weak. We must admit therefore that the set of the structures observed is to put in relation with a succession of compressional phases to which will follow phases of distension. Are these belated movements of relaxation done generalize encouraged extensively by the presence, in depth, of disharmonic levels of (marls and clays of the Tortonian and the Messinian). Finally, does it appear clearly that the region of Moulay Bousselham is to assimilate to a northern diverticulum of the big subsident basin of the Rharb and that it constitutes a presumably major morphostructural boundary (limit of the deformation front?) with the occurence of the the Drader fault and the structure of Lalla Zarha.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.