La gestion paysanne des ressources naturelles dans le Bas-Sahara algérien : cas de Ouargla et Biskra

par Ammar Foufou

Thèse de doctorat en Géographie et aménagement de l'espace

Sous la direction de Jean-Paul Bord.

Soutenue en 2009

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Biskra et Ouargla sont deux zones du Bas-Sahara dans lesquelles la démographie est galopante et l’économie en pleine expansion. Dans ces deux zones cohabitent deux formes de production agricole différentes par les moyens et par les facteurs de production disponibles. L’un est capitaliste, l’autre traditionnel périurbain. La forme traditionnelle est confrontée à une difficile réalité d’ordre économique, sociale, hydraulique et agronomique. Son fonctionnement actuel est soumis à des règles et des méthodes paysannes séculaires, qui ont du mal à s’imposer face au changement socio-économique à deux vitesses. La gestion de l’espace agricole, dans ces deux régions, ne peut pas se dissocier de leur caractère régional ou local, car les ressources naturelles y sont inégalement reparties. La population rurale est constituée de familles nombreuses et composées. La terre agricole est un élément fondamental de fixation dans l’espace. Son exploitation repose sur des méthodes paysannes spécifiquement sahariennes. La gestion de l’eau, en tant que ressource naturelle précieuse dans un tel espace, est soumise à des règles et à des modalités basées sur l’équité, la rigueur et la solidarité. Et pourtant cela ne suffit pas toujours, vu le manque de l’eau à la parcelle. Les liens extérieurs de cet espace se basent, tout d’abord, sur les liens entre les paysans eux-mêmes, le marché de la commercialisation et d’approvisionnement, le marché du travail et les organismes professionnels. Les relations paysan-paysan, paysan-marché et paysan-ouvrier s’avèrent beaucoup plus solides que celles entretenues avec l’État en tant qu’acteur incontournable dans le fonctionnement de cet espace, constitué principalement d’exploitations intensives et souvent vieillissantes, surtout à Ouargla où le rythme de rénovation engagé est très lent. Ces exploitations ne sont pas à l’abri des dangers d’origine biotiques et abiotiques qui menacent leur pérennité. Certains paysans affichent pourtant leur détermination à aller loin dans leurs investissements et dans leur extension, lorsque les conditions sont favorables. Cette détermination permet de continuer à espérer que les espaces traditionnels survivront encore longtemps.

  • Titre traduit

    The peasant management of natural resources in the Lower Algerian Sahara : case of Biskra and Ouargla


  • Résumé

    Biskra and Ouargla are two sub-units which are home of the Bas-Sahara, where the economy and the population are soaring. They are characterized by the coexistence of two forms of agricultural production in different ways and factors of production available, one capitalist and another one traditional and suburban. The traditional form is facing a difficult, economic, social, hydrological and agricultural reality. Its current operation is subject to secular’s peasant’s rules and methods, but has difficulty to the two speeds socio-economic change. The management of agricultural space in the two sub-assemblies can not be dissociated from the regional or local level, because natural resources are unevenly distributed. The rural population is made up of family and composed. Agricultural land is a fundamental element of their attachment to their space. Its operation is subject to specific methods of a sahara’s peasant. The management of water as a valuable natural resource in such an area is subject to rules and methods based on equity, solidarity and discipline. The external links of this space are first based, on the relationship between themselves as producers, the market for the marketing and supply, market and professional bodies. Relations peasant-farmer, farmers' market and farm-workers are much stronger than that maintained with the State, as a player in the functioning of this area consists mainly of intensive and often aging, especially in Ouargla. These farms are not immune to the biotic and abiotic threats, which jeopardizes their sustainability over time, although some farmers show their determination to go far in their investment and their expansion, if conditions are favorable. This determination leaves some hope for the traditional survive longer.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (529 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 469-484

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2009.MON-22

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Bibliothèque de géographie.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2540
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.