Eglise catholique et évènements politiques (1960-2005) : Etude des lettres pastorales des évèques de Côte d'Ivoire

par Jean-Claude Djéréké

Thèse de doctorat en Sciences religieusesSciences religieuses

Sous la direction de Claude Langlois et de Simon-Pierre Ekanza.

Soutenue en 2008

à Paris, EPHE en cotutelle avec l'Université de Cocody (Abidjan) , en partenariat avec École pratique des hautes études. Section des sciences religieuses (Paris) (autre partenaire) .


  • Résumé

    De 1960 à 2005, l'histoire de la Côte d'Ivoire a été marquée par des évènements politiques heureux et malheureux. Dans leurs lettres pastorales, les évêques ont-ils pris position sur tous ces évènements ou bien sont-ils intervenus en certaines circonstances ? la première partie de cette recherche nous met en contact avec Bernard Yago. Ici, il s'agit principalement de répondre aux questions suivantes : :Qui est-il ? Quel fut son parcours ? Sur quels thèmes insistait-il dans ses homélies, déclarations et lettres pastorales ? Pourquoi parla-t-il au nom de la conférence épiscopale jusqu'en 1979 ? Pourquoi lui, qui était attaché à la liberté, s'accomoda-t-il du parti unique et pourquoi garda-t-il le silence sur certaines affaires ? La deuxième partie nous plonge dans une Côte d'Ivoire qui commence à connaître des difficultés économiques et dans laquelle on assiste, sur le plan politique, à une relative ouverture démocratique avec les députés qui ne sont plus nommés par le président de la République. Comment la conférence épiscopale qui entre en scène, aussitôt après la première visite de Jean-Paul II, se comporte-t-elle dans ce contexte ? Lui arrive-t-il d'aborder les questions qui fâchent ? Parvient-elle à honorer l'invitation du pape à "rester libres vis-à-vis de tout pouvoir profane" ? En 1990, sous la pression de la rue, la Côte d'Ivoire passe du pari unique au multipartisme. Désormais, les évêques sont appelés à composer avec plusieurs partis politiques. D'autres évêques que Yago osent prendre la parole en leur nom propre et à l'extérieur de la conférence épiscopale. Par ailleurs, c'est sans langue de bois que les évêquent commencent à se prononcer sur la situation politique. Une liberté de ton qui ne plaît pas toujours au pouvoir en place. La troisième partie veut rendre compte de cette évolution. La quatrième et dernière partie porte sur une préiode relativement brève mais riche en évènements : transition militaire, naissance de la seconde République, élections présidentielles, législatives et municipales, forum de réconciliation nationale, tentative de coup d'état, violences de 2003 et 2004, débat sur la modification de l'article 35 de la Constitution, etc. L'objectif poursuivi ici est de voir si le discours des évêques innove, si nous avons affaire à une manière nouvelle de parler aux politiciens des choses de la cité. Quatre grandes conclusions peuvent être tirées de cette étude. La première, c'est que les évêques ivoiriens ont pris position mais pas sur tous les évènements politiques survenus en Côte d'Ivoire entre 1960 et 2005. Deuxièmement, alors que certaines personnes les accusent d'avoir toujours fait la politique du pouvoir en place, nous avons vu qu'ils ne roulent pour personne et qu'ils ont interpellé toutes les formations politiques. En troisième lieu, nous avon sremarqué, que d'une parole timide et trop prudente, ils sont progressivement passés à une parole claire, directe et forte. Nous avons constaté enfin que, en intervenant dans le débat politique, la hierarchie carholique ne cherche ni à porter atteinte à la laïcité de l'état, ni à se substituer aux hommes politiques, mais "à atteindre la conscience de l'homme et de la femme ivoiriens, pour leur montrer leur dignité et les aider à en faire bon usage, faciliter une justice effective, avec un souci plus grand des pauvres, des marginaux, des petits, des migrants, en un mot de tous ceux qui sont souvent laissés pour compte" (Jean-Paul II, mai 1980).

  • Titre traduit

    The Catholic Church and Political Events (1960-2005) : study of pastoral letters of the Bishops of Côte d'Ivoire


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (557 f., 241 f.)
  • Annexes : Bibliogr. vol. 2, f. 539-557

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 08.6 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.