Les filiations de la théosophie de Jacob Böhme dans la pensée philosophique et spirituelle en langue francaise entre le XVIIIe et le XXe siecle : Louis-Claude de Saint-Martin, Nicolas Berdiaev, Henri Bergson

par Patricia Lasserre

Thèse de doctorat en Philosophie. Études des systèmes

Sous la direction de Jean-Jacques Wunenburger.

Soutenue en 2007

à Lyon 3 .


  • Résumé

    Jacob Böhme, théosophe allemand du XVIIe siècle est encore très peu connu dans la culture philosophique française. Pourtant son oeuvre a eu un impact considérable dans le monde entier et particulièrement sur les philosophes et poètes de l'idéalisme allemand, tels que Hegel, Schelling, Goethe, Novalis ou encore Hölderlin. Pour quels motifs Böhme reste-t-il encore absent du paysage philosophique de notre pays ? Son absence est-elle significative ? Cette recherche consiste à pallier en partie cette lacune, le message de Böhme mérite d'être entendu car il contient les germes d'une véritable pensée philosophique. Ce fait a été attesté dès la fin du XIXe siècle et la première partie du siècle dernier par A. Koyré, E. Boutroux et N. Berdiaev. Quelle est la teneur de ce discours original ? Qu'a-t-il apporté à la pensée philosophique en langue française ? Le théosophe français Louis-Claude de Saint-Martin, est le premier traducteur officiel français de Böhme, il a étudié l'allemand dans le seul but de traduire les ouvrages de celui qu'il appelle son second maître. Cet auteur du XVIIIe siècle a paradoxalement favorisé la redécouverte de Böhme en Allemagne. Quant au philosophe Nicolas Berdiaev il a non seulement rédigé deux études sur des notions clefs de Böhme : l'Ungrund et la Sophia, mais il a aussi traduit l'une de ses œuvres capitales, le Mysterium magnum, contribuant ainsi à le faire pénétrer discrètement dans l'univers de la philosophie française. Enfin, Bergson n'a ni traduit, ni jamais mentionné le nom de Jacob Böhme dans ses écrits, la comparaison semble donc a priori inappropriée. Néanmoins, la lecture de son œuvre laisse transparaître comme un lien de parenté avec le philosophe teutonique. Ce dernier constat met en exergue ce qu'il s'agissait de démontrer à travers cette recherche, à savoir l'enrichissement mutuel de la pensée philosophique et spirituelle.

  • Titre traduit

    Filiations of Jacob Böhme's theosophy in the philosophical and spiritual thought in French language between 18e and the 20e century : Louis-Claude de Saint-Martin, Nicolas Berdiaev, Henri Bergson.


  • Résumé

    Jacob Böhme, German theosophist of XVIIe century is still far from known in the French philosophical culture. However his work had a considerable impact in the whole world and particulary on the philosopher and poets of the german idealism, such as Hegel, Schelling, Goethe, Novalis, or Hölderlin. For which reasons does remain he still absent philosophical landscape of our country ? Is its abscence significant ? This research partly consists in mitigating this gap, the message of Böhme deserves to be heard because it contains the germs of a true philosophical thought. This fact was attested as of the end of XIXe century and the first part of last century by A. Koyré, E. Boutroux et N. Berdiaev. Which is the content of this original speech ? What did it bring to the philosophical thought in French language ? Theosophist Louis-Claude de Saint-Martin, is the first French official translator of Böhme, he studed German with an only aim of translating the works of that which it calls its second Master. This author of XVIIIe century paradoxically supported the rediscovery of Böhme in Germany. As for the philosopher Nicolas Berdiaev he wrote not only two studies on key concepts of Böhme : the Ungrund and Sophia, but he also translated one of his capital works : the Mysterium magnum, thus contributing to make him penetrate discreetely in the universe of French philosophy. Finally, Bergson neither translating, not never mentionned the name of Jacob Böhme in his writings, the comparison thus seems a priori inappropriate. Nevertheless, the reading of this work lets show trough like a family tie with the teutonic philosopher. The later report puts forward what it was a question of showing trough this research, namely mutuel enrichment of the philosophical ans spiritual thought.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (358 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 339-348. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LSHS (Lyon).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GF 04204
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.