Changement technique et politiques publiques : lecons de l'histoire recente de l'energie

par MARIA KOSTOPOULOU

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Charles Hourcade.

Soutenue en 1997

à Paris, EHESS .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette these se situe dans le champ de l'economie de l'innovation et l'economie publique. Il s'agit, a propos du cas de l'energie, de proposer un schema de description des processus de changement technique centre sur le role des prix et des couts, mais dans lequel les couts des differentes options technologiques ne sont ni purement exogenes comme dans la theorie neoclassique, ni strictement determines par les processus d'apprentissage ou de diffusion, comme dans la theorie evolutionniste du changement technique. La these centrale est bien que les couts sont importants mais qu'ils sont largement "construits", au moins dans une phase initiale. De plus les pouvoirs publics jouent de ce point de vue un role determinant dans la mise en convergence des anticipations des differents acteurs du changement technique. Les contributions de l'analyse neo-classique ou du courant evolutionniste ne sont pas niees dans ce travail, mais ce dernier propose un enrichissement possible de leurs cadres d'analyse par la prise en compte des concepts de l'economie des conventions, notamment avec l'accent mis sur la necessaire creation d'un "univers commun stabilise" en vue de l'innovation. La structure de la these se compose en trois parties la premiere partie presente la facon dont la technologie a ete apprehendee par les differentes theories economiques. Les deux parties suivantes presentent deux etudes de cas. La premiere etude est consacree sur les modes de reactions differents de quatre pays (la france, l'allemagne, l'italie et le japon) face au choc exogene (crises energetiques) et elle represente les systemes de preferences implicites de chacun d'entre eux. La deuxieme etude s'interesse a mettre en lumiere l'importance des prix dans le changement technique a un niveau micro-economique, l'evolution technique du moteur de la voiture particuliere. C'est dans un "propos d'etape", consecutif a la deuxieme partie sur les reactions aux chocs petroliers, qu'est proposee l'analyse des apports potentiels des concepts de l'economie des conventions a l'analyse des choix technologiques structuants.

  • Titre traduit

    Technical change and public policy : lessons of the recent experience in the energy sector


  • Résumé

    This thesis stands in the field of economics of innovation and public economics. The aim is to propose, in the case of energy, a descriptive scheme of the technical change process centred on the role of prices and costs, but in which the costs of the different technological options are neither entirely exogenous, as the neoclassical theory stipulates, nor strictly determined by diffusion or apprenticeship, as formulated by the evolutionist theory of technical change. The central idea is that costs are important but are largely "constructed", at least in the initial phase. Moreover, public authorities play a determining role in the convergence of different actors' anticipations of technical change the contribution of the neoclassical analysis or the evolutionist movement are not denied in this study, but the latter proposes a possible enrichment of their respective analytical frames by taking into account the concepts developed by the economics of convention, notably the concept of a need for a "common stabilised universe" for innovation

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 326 p.
  • Notes : THESE NON CORRIGEE
  • Annexes : 281 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : EHESS H 1997 80
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.