Etude de l'écosystème caecal des équidés : aptitude à dégrader les polyosides pariétaux, caractérisation quantitative et qualitative des flores cellulolytiques bactériennes et fongiques dominantes

par Véronique Julliand

Thèse de doctorat en Microbiologie. Sciences de l'alimentation

Sous la direction de Gérard Fonty.

Soutenue en 1996

à Dijon .


  • Résumé

    L'écosystème caecal des ânes et des poneys a montré une aptitude moindre à dégrader les fourrages in situ et in vitro comparée a l'écosystème ruminal des bovins. Celui des ânes a été plus performant in situ que celui des poneys. Ces différences s'expliquent en partie par la vitesse de dégradation, plus rapide dans le rumen que dans le caecum, et chez l'âne que chez le poney. La microflore bactérienne cellulolytique, cent fois moins nombreuse dans le caecum que dans le rumen chez les animaux adultes, explique également partiellement ce phénomène. Chez le poulain, elle s'installe dans le système digestif précocement, et avant l'ingestion de l'alimentation solide, comme dans le rumen du veau ou de l'agneau. Les activités glycolytiques que nous avons mesurées sont associées majoritairement aux microorganismes adhérents aux particules alimentaires. Elles sont du même ordre de grandeur chez l'âne et le poney. La quantification de la flore bactérienne cellulolytique du caecum avec des sondes oligonucleotidiques spécifiques a montré la nette prédominance de ruminococcus flavefaciens, mais également, la présence de fibrobacter succinogènes et ruminococcus albus. Les souches équines de ruminocoques ont des caractéristiques spécifiques qui les différencient des souches ruminales. La population fongique caecale, dominée par le genre piromyces, est plus abondante chez l'âne que chez le poney et le cheval. Les souches étudiées appartiennent à une nouvelle espèce p. Citronii, non productrice de lactate et ayant une vitesse de croissance plus rapide que les souches de p. Communis. Ces différences se traduisent par des divergences au niveau génomique. Les souches asines dégradent plus efficacement la cellulose que celles de poney. Les activités cellulolytiques des souches de p. Citronii issues du caecum sont inhibées in vitro par les souches caecales de ruminococcus sp. Ces travaux mettent en évidence des propriétés originales de la microflore cellulolytique caecale des équidés qui sont a mettre en relation avec les caractéristiques de l'écosystème

  • Titre traduit

    Study of the caecal ecosystem of equidae: capacity of degrading parietal polyosides, quantitative and qualitative characterization of the main bacterial and fungal cellulolytic flora


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (121 f.)
  • Annexes : Bibliographie 272 références

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TDDIJON/1996/66
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.