Être trappiste au XIXe siècle : Aiguebelle et sa filiation : 1815-1910

par Bernard Delpal

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Jean-Marie Mayeur et de Claude Langlois.

Soutenue en 1994

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les moines et moniales trappistes appartiennent à la famille cistercienne. Comme fils et filles de saint Bernard, ils observent la règle de saint Benoit. A partir de 1815, leurs communautés reçoivent un nombre croissant de postulants. La trappe suscite des vocations. Le mouvement est assez soutenu pour permettre de nombreuses fondations. La restauration du monachisme cénobitique et cloitre s'en trouve fortifiée, non seulement en France et en Europe mais également sur les autres continents à partir du milieu du XIXe s. A l'intérieur de la trappe, la congrégation de la nouvelle réforme apparait comme la plus radicale dans sa critique du monde et des institutions sociales. Elle déclare vouloir rétablir l'ascétisme du monachisme des origines et ne tolérer aucun compromis avec la civilisation contemporaine si bien que les maisons de la nouvelle réforme évoluent vers des formes sectaires et utopiques, tout en s'efforçant de leur donner un contenu réel, aussi bien sur le plan spirituel que temporel. Des fondations se développent en Algérie, au levant et en métropole, partout où l'utopie pratiquée peut prendre un caractère exemplaire. L'état n'est pas hostile à des moines et des moniales qu'il encourage dans la double voie de l'utopie et de l'utilité. Le corps social, de son cote, est tout prêt à admettre l'exception trappiste, alors que la lutte contre les congrégations s'intensifie. L'église romaine, souvent embarrassée par le "trappiste", le fait rentrer progressivement dans le religieux conforme. Au début du XXe siècle, les ex-trappistes, devenus "cisterciens reformes de stricte observance", sont directement places sous le contrôle de la curie. Ils participent aux révisions spirituelles du christianisme en même temps qu'ils témoignent de la mutation profonde du monachisme cénobitique. Si l'observance de la règle demeure fondamentale, le moine ne parle plus de la même façon de sa vocation. En 1815, dieu appelle et le novice obéit. En 1910, le religieux décrit les formes de l'appel divin et spécifie l'intensité de la réponse.

  • Titre traduit

    Being a trappist in the XIXth century : Aiguebelle and its offspring, 1815-1910


  • Résumé

    Trappist monks and muns belong to the Cistercian family. As sons and daughters of Saint Bernard, they observe the benedictine rule. Starting in 1815, their communities received more and more applicants. Trappism bred callings. The movement was vigorous enough to allow numeros foundings. The restauration of cenobitic and cloistered monaticism was thereby stenghened not only in France and Europe but on the other continents as well, as from the middle of the nineteenth century. Within the trappist order, the new reform congregation stands out as the most radical in its criticism of the world and of social institutions. It came out for the re-establishment of the asceticism of the monasticism of the origins and would brook no compromise with modern civilization. New reform houses thus grew toward sectarian and utopian forms, working all the while to give them real content, both on the spiritual and the temporal planes. Foundings grew up in Algeria, in the Levant and in France; everywhere that utopia can take on an exemplary character. The state was not hostile toward monks and nuns that it could push along the double avenue of utopia and usefulness. The body politic, for its part, was entirely willing to accept the trappist exception, whereas the strife with the congregations was growing. The roman church, often embarrassed by trappism, brought it gradually into the "normally". At the beginning of the twentieth century, the sometime trappists, having become "reformed strict observation cistercians", were put directly under the authority of the curia. They participated in the spiritual revisions of Christianity while at the same time bearing witness to the profound changes in cenobitic monasticism. While observation of the rule remained a fundamental, the monk no longer talked in the same way about his calling.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (494 f., F.495-1035)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 2929
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 17594-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 1420
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2311
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 11467
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.