Vivre dans un territoire littoral fragile et dynamique : l'apport de la valorisation du patrimoine lagunaire et maritime du bassin de Thau à partir de recherches géoarchéologiques du Languedoc Central

by Camille Provendier

Thesis project in Geographie et aménagement de l'espace

Under the supervision of David Lefevre and Benoit Devillers.

Ongoing thesis at Montpellier 3 , under the authority of Territoires, Temps, Sociétés et Développement , in a partnership with ASM - Archéologie des sociétés méditerranéennes (laboratoire) since 01-05-2019 .

  • Alternative Title

    Living on a fragile and dynamic coastline : how geoarcheological research in Central Languedoc contributes to enhancing the maritime and lagoon heritage of the Bassin de Thau


  • Abstract

    Sedimentary soft coastlines of Languedoc are particularly fragile habitats because of their geomorphological dynamics such as coastal erosion, sea flooding, storms and lagoons infilling. Meanwhile, 75% of Herault's residents live less than 15 km from coastline and by 2030 there will be 25% more residents and tourism-related activities will increase by 120% (OCDE 2017). In this context, people must understand the (natural and societal) process which contributed to creating the coastlines as we see it today. The issue at stake is to reveal the dynamic characteristic of the coastline, to better take into account their future modifications and to improve people's acceptance of adaptation measures toward global change (strategic-retreat, resilience). Consequently, it is necessary to explain the landscape dynamics to as many people as possible. This « in situ » cultural mediation, easily understandable and reachable is innovative because it takes place in inhabited territories, which is quite the opposite of catastrophist approaches. It contributes to creating a sensitive heritage for a varied public. Sharing precise and perfectly situated information (former lagoons and shores, storm and flood sediment) enables them to understand long-term coastline dynamics. In the wake of the recent development of the geoheritage, this cultural mediation gives new insights to people interested in the transformation of their environment. The project focuses on the coastline from Sète to Marseillan and on the Thau lagoon. Indeed, new managment methods must be invented to deals with this coastline, weakened since the Plan Racine, particularly in the face of population growth. Natural dynamics of this sensitive ecosysteme (erosion, sea flooding, etc.) have to be considered as related to important issues such as agriculture, urban planning or tourism activities. It is also a pioneer and innovative territory regarding anti-erosion techniques (remediation of the barrier beach of Thau, PIA Littoral 21 and Littoral+ etc.). For the last 10 years, the local authorities, the State and the Region have invested more than 60 millions euros in preserving the barrier beach of Thau lagoon. At the same time, this territory is highly important archeologically speaking (Garcia 1995) and maintains a vital relation to a coastline in continual transformation. For example : the maritime introduction of Neolithic Culture in Western Mediterranean (Guilaine et al. 2017), the settlement of farm communities on the shores of the lagoons during the Bronze age (Leroy 2001, Gasco et al. 2015), the settlement of Phocean trading posts and colonies during the Iron age (Nickels et al. 1989, Ugolini 2002) or development of viticulture during Roman antiquity. In the modern age, the building of the Canal du Midi which flows into the Thau lagoon, has deeply shaped the landscape and the function of those geographical areas. More recently, proto-industrial activities located around the pond (fishing, shellfish farming, wine cooperatives) attest that the uses of space have had to adapt to the local resources. In that respect, the development of human activities on a sensitive coastline area was subject to river sedimentation or to the action of storms (Degeai et al. 2016, Devillers et al. 2016). This misunderstood and endangered geoarcheological heritage has yet to be scientifically « invented » and presented to a varied public. We assume that understanding how past dynamics shaped the landscape and the territory is particularly relevant in order to put an eco-citizenship approach into action. Knowing the risks, people would better accept the environment rules. But this approach implies an important mediation and enhancement work which is the main objective of this research. In the last 3 years, the research programmes (Project « DYLITAG », Labex ARCHIMEDE and « PCR Evolit », DRAC Occitanie) aimed at revealing the coastline landscape construction of central Languedoc. The scientific data they produce reveals how the territory has been built since 7 000 years. The results based on sediment coring and archeological digs show important modifications of the shoreline and the transformation of teh inhabited, exploited and developed coastline area since the Neolithic period. These collected and analyzed data enables us to identify the role of geomorphological dynamics (erosion, flood, storm and the human impact) in the modification of coastal and lagoon landscape of bassin de Thau. They bring to light the relation between storm cycles, coastline construction and the associated uses of space by human societies. The objective is to focus on civil society and land managers (municipality, conurbation, natural area managers, museums etc.) in order to raise awareness of the fragility of the ancient lagoons and their maritims heritage. It is important to share History of coastline landscape, as an identity heritage, with different kinds of users : visitors, residents and landmanagers. We propose to use this scientific, recent and original data to develop new experimental tools of mediation during this research. This heritage is already used in various mediation actions (museums, learning material, tourist guides, approach of the geomorphosite) through reading the lanscapes and their history. These programmes try to identify the appropriate instruments to promote this lanscape history. The mediation actions which will be developed in this research will be based on a partnership between the university, local authorities and landmanagers. The partnership with Sète agglopôle Méditerranée and its equipment for heritage enhancement will encourage the use of paleoenvironmental data in exhibitions and tools of landscape interpretation. The students of the master's degree « Valorisation et Médiation des Patrimoines » (université Paul Valery, Montpellier) will also be involved in the experiments with local partners. The results can also be used in anti-erosion strategies (DREAL, EID, etc.), while the archeological, historical and cultural aspects have hardly ever been taken into account in land management policy so far. This approach contributes to disseminating the culture of environmental risk by informing people about natural dynamics. We will have to determine « territorialised tools » able to create close relationship between a lived space and its inhabitants, as aware individuals. The territorial anchorage of the tools will be based on the interpretation of « ways of inhabiting » (Stock, 2004) questioning the practices and values of geographical places but also the changing relationships to natural and cultural heritage. Therefore, the transversal objective of developing people's awareness about the interrelations between human activities (ways of use, land management) and the modification of natural environment (landscape, natural processes, resource availability) places this research at the crossroads of geoarcheological mediation and environmental education.


  • Abstract

    Les littoraux meubles du Languedoc sont des milieux particulièrement fragiles par leurs dynamiques géomorphologiques comme l'érosion des côtes, la submersion marine, l'exposition aux tempêtes et le comblement des lagunes. Parallèlement, 75% des habitants de l'Hérault vivent à moins de 15 km du rivage et d'ici 2030 ce littoral accueillera 25% d'habitants en plus et l'emploi lié au tourisme augmentera de +120 % (OCDE 2017). Dans ce contexte, il est primordial de faire comprendre à un large public les processus (naturels et sociétaux) qui ont conduit à la création du littoral tel qu'il est observable aujourd'hui. L'enjeu est de montrer le caractère dynamique du littoral, de mieux prendre en compte ses changements futurs (liés au risque de submersion, à l'érosion du littoral, au colmatage des lagunes) et d'améliorer l'acceptation des mesures d'adaptation aux changements globaux (recul stratégique, résilience). Dès lors il est nécessaire de rentre intelligible au plus grand nombre les dynamiques des paysages dans lesquels ils vivent. Cette médiation in situ et accessible est innovante car elle s'inscrit, au contraire des démarches catastrophistes ou construites ex nihilo, dans des territoires « habités ». Elle contribue ainsi à la création d'un patrimoine « sensible » pour un large public. Elle permet de comprendre les dynamiques des littoraux sur le long terme tout en apportant des informations précises et parfaitement localisées (anciennes lagunes, anciens rivages, anciens dépôts de tempêtes, d'inondation, etc.). Dans le prolongement du développement récent des géopatrimoines, elle apporte un éclairage nouveau aux personnes intéressées par l'évolution de leur environnement. Le projet se concentre sur le littoral de Sète à Marseillan et sur l'étang de Thau. En effet, ce littoral fragile, héritier du plan Racine, doit inventer de nouveaux modes de gestion face notamment à la croissance démographique. Les dynamiques environnementales (érosion, submersion, etc.) sont ici à mettre en regard d'enjeux particulièrement importants (agriculture, urbanisme, tourisme). C'est aussi un territoire pionner et innovant dans la lutte contre l'érosion (réhabilitation du lido de Thau, PIA Littoral 21 et Littoral+ etc.). Depuis 10 ans, plus de 60 millions d'euros ont été investis par les communautés d'agglomération, l'état et la région pour la préservation du lido de la lagune de Thau. Parallèlement, ce territoire est d'une haute importance archéologique (Garcia 1995) et entretient un rapport vital avec un littoral sans cesse en mutation. L'introduction de la culture Néolithique en Méditerranée occidentale par voie maritime (Guilaine et al. 2017), l'établissement de communautés paysannes sur les rebords des lagunes durant l'Âge du Bronze (Leroy 2001, Gascó et al. 2015), l'établissement de comptoirs phocéens durant l'Âge du Fer (Nickels et al. 1989, Ugolini 2002) ou d'établissement viticole durant l'Antiquité romaine en sont quelques exemples. L'époque moderne voit la construction du canal du midi qui en débouchant dans l'étang de Thau marquera profondément le paysage et la fonction des lieux. Plus récemment, le développement d'activités proto-industrielles autour de l'étang (pêche, conchyliculture, coopératives viticoles) témoignent d'une adaptation des pratiques de l'espace à la ressource territoriale. Ainsi, l'évolution des activités humaines s'effectue sur un territoire littoral sensible et en constante mutation sous l'effet de la sédimentation fluviale ou de l'action des tempêtes (Degeai et al. 2016, Devillers et al. 2016). Ce patrimoine géoarchéologique en danger est encore méconnu et reste largement à « inventer » d'un point de vue scientifique mais aussi pour un public beaucoup plus large. Ainsi, nous assumons que la connaissance des dynamiques passées qui ont menées à la construction d'un paysage et d'un territoire est particulièrement pertinente dans les démarches d'éco-citoyenneté, d'acceptabilité des règles environnementales et de connaissance des risques environnementaux. Toutefois cette démarche nécessite un profond travail de médiation et de valorisation, au cœur de notre proposition de thèse en Cifre. Les programmes de recherche en cours depuis 3 ans (Projet « DYLITAG », Labex ARCHIMEDE et « PCR Evolit », DRAC Occitanie) ont pour objectifs de révéler la construction des paysages littoraux du Languedoc Central. Ils sont des sources de production de données scientifiques qui révèlent la mémoire de la structuration progressive d'un territoire depuis près de 7 000 ans. Les résultats basés sur des carottages sédimentaires et des fouilles archéologiques montrent des évolutions importantes des lignes de rivages et une métamorphose des milieux littoraux habités, exploités et aménagés depuis le Néolithique. Ces données collectées et analysées permettent de déterminer le rôle des agents morphogènes (érosion, inondation, tempête et rôle de l'homme) dans l'évolution du paysage côtier et lagunaire du bassin de Thau. Elles mettent en évidence les liens entre la cyclicité tempestologique et la morphogénèse littorale ainsi que les pratiques d'occupation de l'espace par les sociétés humaines qui y sont associées. L'objectif est de cibler la société civile et les gestionnaires du territoire (commune, communauté d'agglomération, gestionnaire de zone naturelle, musée etc.) pour les sensibiliser à la fragilité des anciennes lagunes méditerranéennes et du patrimoine maritime qui y est associé. La valorisation de l'histoire des paysages littoraux représente un enjeu fort de porter à connaissance. En effet, ce patrimoine identitaire et paysager concerne différents profils d'usagers : visiteurs, riverains et aménageurs. Nous proposons d'utiliser ce matériau scientifique récent et original dans la conception d'outils de médiation expérimentaux prévus dans le cadre de cette thèse en Cifre. Ce patrimoine fait d'ores et déjà l'objet d'actions de médiation (musée, matériel pédagogique et touristique, démarche des géomorphosites) par l'apprentissage de la lecture des paysages et de leur histoire. Les travaux en cours essayent d'identifier les leviers pertinents de médiation de cette histoire des paysages. Les actions de médiation développées dans le cadre de cette recherche s'appuieront sur un travail partenarial entre université, collectivités et gestionnaires. Le partenariat avec Sète agglopôle Méditerranée et son réseau d'équipements de valorisation du patrimoine favorisera l'intégration des données paléoenvironnementales en contribuant à la réalisation de contenus d'expositions et de supports d'interprétation du paysage. En parallèle, les promotions du master Valorisation et Médiation des Patrimoines (Université Paul Valery, Montpellier) seront mobilisées pour alimenter le travail d'expérimentation avec les partenaires locaux. Les résultats pourront aussi être utilisés dans l'application des stratégies de recul face à l'érosion des littoraux (DREAL, EID, etc.). En effet, les dimensions archéologiques, historiques et culturelles sont très peu intégrées et prises en compte dans l'élaboration des politiques de 'recul stratégique' actuelles. Cette démarche participe pleinement à la culture du risque environnemental par la connaissance des populations de leur environnement et de ses dynamiques. Il s'agira de définir des outils territorialisés capables de rétablir une relation de proximité entre l'espace vécu et la population concernée, contribuant ainsi à la formation d'individus conscients et situés (Puech, 2010). L'ancrage territorial des dispositifs s'appuiera sur l'interprétation des « modes d'habiter » (Stock, 2004) interrogeant les pratiques et les valeurs des lieux géographiques comme les rapports changeants au patrimoine naturel et culturel. Ainsi, l'objectif transversal de sensibilisation aux interrelations entre les activités humaines (rapport d'usage, pratiques et aménagement de l'espace) et l'évolution du milieu naturel (paysages, processus naturels, disponibilité de la ressource...) place cette recherche au croisement de la médiation culturelle géoarchéologique et de l'éducation à l'environnement et au développement durable (EEDD).