Du sens et de l'utilité des réécritures dans la littérature comparée. Maryse Condé, Assia Djebar, Nédim Gürsel, Abdelwahab Meddeb

by Jihad Bahsoun

Doctoral thesis in Littérature comparée

Under the supervision of Beïda Chikhi.

defended on 19-12-2017

in Paris 4 , under the authority of École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , in a partnership with CELLF (laboratoire) .

Thesis committee President: Marina Geat.

Thesis committee members: Timur Muhiddin, Seza Yılancıoğlu.

  • Alternative Title

    The meaning and utility of rewriting in comparative literature. Maryse Condé, Assia Djebar, Nedim Gürsel, Abdelwahab Meddeb


  • Abstract

    In this work, we have attempted to highlight the meaning and usefulness of rewriting in comparative literature, whether this literature is European or is derived from French-speaking countries in other parts of the world. Why and how do writers seize a work or text in general (sacred text, for example) and transform it ? We recall that the French-speaking (or inhabited by French) writers of the 20th and 21st centuries are inspired by models of rewriting present in classical literature; they nevertheless bring hypotexts to a great wealth on several levels: cultural, philosophical and aesthetic. A parallel between the arts of the verb and the image is established, the latter being supposed to shed light on the first, to help better grasp the passage from one work of creation to another in continuity and rupture. Several authors - including Maryse Condé, Assia Djebar, Nedim Gürsel and Abdelwahab Meddeb - use rewriting - which can be interpretation or aesthetic work on writing itself (pastiche, parody) - to express their thoughts and pass messages that matter to them. It is these thoughts and messages that our thesis proposes to unveil and try to understand by bringing out the motives of writers.


  • Abstract

    Nous avons tenté dans ce travail de mettre en évidence le sens et l’utilité des réécritures dans la littérature comparée. Pourquoi et comment les écrivains s’emparent-ils d’une œuvre ou d’un texte en général (un texte sacré par exemple) et les transforment-ils ? Les écrivains francophones (ou imprégnés de culture française) des XXe et XXIe siècles s’inspirent de certains modèles de réécritures présents dans la littérature classique européenne ; ils apportent cependant une richesse supplémentaire aux hypotextes sur plusieurs plans : culturel, philosophique et esthétique. Un parallèle entre les arts du verbe et de l’image est établi, les seconds étant censés jeter un éclairage sur les premiers, aider à mieux saisir comment se réalise le passage d’une œuvre de création à une autre dans la continuité et la rupture. Plusieurs auteurs ― dont Maryse Condé, Assia Djebar, Nedim Gürsel et Abdelwahab Meddeb ― usent de la réécriture ― qui peut être interprétation ou travail esthétique sur l’écriture même (pastiche, parodie, etc.) ― pour exprimer leurs pensées et faire passer plus amplement leurs messages. Notre thèse se propose de dévoiler ces pensées et ces messages et d’essayer de les interpréter en faisant ressortir les mobiles ou les motifs des écrivains. Les œuvres sont à la fois des signaux (c’est-à-dire le sens voulu par les auteurs, ce qu’ils souhaitent consciemment exprimer, leur projet intentionnel) et des symptômes (ce que les œuvres révèlent en plus au lecteur).


The full text of this thesis is unavailable online.
It's available in the institution of thesis defence.

Consult library

Version is available

Where is this thesis?

  • Library : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.