La Géométrie de l’Angoisse : pour une (dé) construction de l’atmosphère, clef de lecture du fantastique : domaines anglophone, hispanophone et francophone de 1830 à 1945

by Karen Vergnol-Remont

Doctoral thesis in Littérature générale et comparée

Under the supervision of Éric Lysøe.

Thesis committee President: Denis Mellier.

Thesis committee members: Éric Lysøe, Lourdes Terrón Barbosa.

Examiners: Barbara Sosień, Gilles Menegaldo.

  • Alternative Title

    Geometry of anxiety : for a (de) construction of the atmosphere, key to reading the fantastic : english, spanish and french linguistic areas from 1830 to 1945


  • Abstract

    As shown in the analysis of ten authors from three different linguistic areas, English, Spanish and French: Alarcon, Borges, Dario, James, Lovecraft, Lugones, Maupassant, Poe, Ray and Schwob. The geometry is everywhere in the fantastic stories from the nineteenth to the twentieth century. Circles, squares or pyramids are part of architecture or the character's physical. These forms, which allows the birth of anxiety, gradually impose the circularity (circles, curves, spheres) as a dominant figure. The spaces where the protagonist is evolving, curving around him till he suffocates. The mechanism of the fear generated by this process could be centrifugal or centripetal: it follows either the place where the fantasy hero is located or it is produced by the character himself. From this agonizing geometry, a fundamental process is set up : the fantastic atmosphere. This one done, as the etymology reveals, from a vapor shape (atmos) enveloping the world or the character in the manner of a globe(sphaira) - testify the importance not only about the curves, but equally the various states of water : ice, snow, liquid or gaseous element. The atmosphere shows how much the fantastic is linked to the woman, Unheimliche's essential support, in that this last one is both - for the male character and the authors analyzed here - a figure of the Other (unheimlich) and a manifestation of the Mother (Heimlich)


  • Abstract

    Comme le montre l’analyse de dix auteurs appartenant à trois domaines linguistiques différents, anglophones, hispanophones et francophones : Pedro Antonio de Alarcon, Jorge Luis Borges, Ruben Dario, Henry James, Howard Phillips Lovecraft, Léopoldo Lugones, Guy de Maupassant, Edgar Allan Poe, Jean Ray, Marcel Schwob, la géométrie est présente partout dans les récits fantastiques du xixe au xxe siècle. Cercles, carrés ou pyramides s’inscrivent dans l’architecture ou dans le physique du personnage. Ces formes, qui permettent de faire naître l’angoisse, imposent peu à peu la circularité (cercles, courbes, sphères) comme une figure dominante. Les espaces où évolue le protagoniste s’arrondissent autour de lui jusqu’à venir l’étouffer. Le mécanisme de la peur qu’engendre ce processus peut alors être centrifuge ou centripète : soit il découle du lieu où se trouve le héros fantastique soit il est produit par le personnage lui-même. De cette géométrie angoissante découle un procédé fondamental : celui de l’atmosphère fantastique. Celle-ci — faite, comme l’étymologie le révèle, d’une forme de vapeur (atmos) enveloppant le monde ou le sujet à la manière d’un globe (sphaira) — témoigne de l’importance non seulement des courbes, mais encore des divers états de l’eau : glace, neige, élément liquide ou gazeux. L’atmosphère montre ainsi à quel point le fantastique est lié à la femme, support essentiel de l’Unheimliche, en ce que cette dernière est à la fois — pour le personnage masculin et pour les auteurs ici analysés — une figure de l’Autre (unheimlich) et une manifestation de la Mère (heimlich)

Consult library

Version is available

Where is this thesis?

  • Library : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.