Les présupposés métaphysiques du concept de progrès

by Charles Thomas Kounkou

Doctoral thesis in Philosophie

Under the supervision of Jean-Luc Marion.

defended on 2003

in Paris 4 .

  • Alternative Title

    The metaphysical basis of the progress concept


  • Abstract

    The concept of progress belongs to metaphysics because progress comes it from, but also because progress and metaphysics share the same fate. We can say that the concept of progress is referred to two metaphysical decisions -firstly the fact that knowledge is based on experience and secondly the fact that human perfection is considered as indefinite. On condition that to precise on the one hand that metaphysical decision to base knowledge on experience, which is Francis Bacon's invention, consists in experience description, while with Kepler and Galilée experience is linked with mathematics. On the other hand, the metaphysical decision to consider human perfection as indefinite, if Descartes understands it as cogitatio, Leibniz gets it as individuation. We can assert that from critical philosophy, metaphysics is in crisis. On condition that if metaphysics crisi is revealed by Kant though metaphysics indecision, progress crisis is based on the indecision of metaphysics progress, but also on the indecision of the human kind progress. This means that Nietzsche discover onsists in leading metaphysics and its modern survival -the progress- from indecision to ruin.


  • Abstract

    Le concept de progrès relève de la métaphysique non seulement parce qu'il en provient, mais également parce qu'il en partage le destin. On peut adosser le concept de progès à deux décisions métaphysiques -la décision de fonder la connaissance sur l'expérience et la décision de considérer la perfectibilité humaine comme idéfinie. A condition de préciser d'une part que la décision métaphysique de fonder la connaissance sur l'expérience, qui s'invente chez Francis Bacon, n'aboutit chez lui qu'à la description de l'expérience, alors qu'elle culmine chez Kepler et Galilée dans la mathématisation de l'expérience. Et d'autre part, que la décision de considérer la perfectibilité humaine comme indéfinie, qui s'entend chez Descartes comme cogitatio, ressortit chez Leibniz à l'individuation. On peut affirmer qu'à̧ partir de la philosophie critique, la métaphysique est en crise. Sous réserve d'ajouter que si la crise de la métaphysique se révèle chez Kant à travers l'indécidabilité de la métaphysique, la crise du progrès se fixe dans l'indécidabilité des progrès de la métaphysique, mais aussi dans l'indécidabilité des progrès de l'espèce humaine. En sorte que le coup de force de Nietzsche consiste à conduire la métaphysique et sa survivance moderne -le progrès- de l'indécidabilité à la ruine.

Consult library

Version is available as a paper

Informations

  • Details : 3 vol. (915 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 620 références bibliographiques

Where is this thesis?

  • Library : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Available on site in the applicant institution
  • Odds : BUT 5614

This version is also available in microfiche :

  • Library : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Unvailable for PEB
  • Odds : MC 6757
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.