Identification des marqueurs morphofonctionnels du processus de domestication en archéozoologie : approche tridimensionnelle de la variation endostructurale de la diaphyse humérale et de la forme du calcanéus

par Hugo Harbers

Thèse de doctorat en Archéozoologie

Sous la direction de Thomas Cucchi.


  • Résumé

    L’étude de la domestication peut nous apporter des informations capitales à la fois sur notre histoire et le développement de nos sociétés, mais également sur l’évolution des espèces et les processus biologiques qui ont mené à la diversité des formes vivantes actuelles. On peut synthétiser le processus de domestication en deux étapes : la mise en relation entre la potentielle espèce domestique et l’Homme, puis son adaptation évolutive à la vie avec l’Homme au fil des générations. Ainsi pour étudier la domestication il est nécessaire pour les archéologues de trouver des traces de ces deux étapes dans les restes archéologiques. Bien que l’adaptation évolutive laisse un grand nombre de marqueurs morphologiques qui nous permettent d’étudier sans peine la domestication une fois qu’elle est bien amorcée, la mise en relation en revanche ne laisse que très peu de traces. Cette thèse vise à identifier et caractériser deux marqueurs du contact entre un animal et l’Homme : les conséquences morphologiques osseuses de la croissance en captivité sur le calcanéus et l’humérus chez les ongulés, en prenant comme modèle le sanglier (Sus scrofa). Ces éventuels marqueurs serviront à développer de nouvelles méthodes pour détecter les premières étapes du processus de domestication chez le sanglier en contexte archéologique. L’hypothèse testée est que le changement de comportement d’un individu dont la mobilité est réduite peut laisser une emprunte observable et mesurable dans la morphologie osseuse. Cette thèse fait partie du projet ANR DOMEXP de domestication expérimentale dans laquelle des sangliers ont été élevés en captivité pendant deux ans et scannés tout au long de leur croissance pour étudier l’impact de la captivité sur leur anatomie osseuse. Nos résultats montrent que la captivité induit une réponse morphologique plastique pour les deux marqueurs, et l’application de ces deux méthodes sur des suinés du Néolithique a montré que lamorphologie des suinés d’Europe de l’Ouest a changé au cours du Néolithique, ce qui pourrait être considéré comme la conséquence de l’arrivée d’un nouveau système de gestion basé sur un contrôle accru des populations. De plus la présence de spécimens de petite taille évoque la possibilité d’une trajectoire commensale. Ces résultats pourraient être complétés par des approches isotopiques et génomiques afin de fournir une vision plus complète de cette période.

  • Titre traduit

    Identification of morphofunctional markers of the domestication process in archaeozoology : a three-dimensional approach to endostructural variation of humeral diaphysis and calcaneus shape


  • Résumé

    The study of domestication can provide us with valuable information both on our history and the development of our societies, but also on the evolution of species and the biological processes that have led to the diversity of living forms today. The domestication process can be synthesized in two stages : the contact between the potential domesticated species and the human ecosystem, then its evolutionary adaptation to life within the human environment over the generations. Thus to study domestication it is necessary for archaeologists to find traces of these two stages in archaeological remains. Although evolutionary adaptation leaves a large number of morphological markers that allow us to study domestication without difficulty once it is properly initiated, the process of the early interactions on the other hand, leaves very few traces. This thesis aims to identify and characterize two markers of early process of domestication : the morphological skeletal consequences of growth in captivity in wild boar (Sus scrofa) on the calcaneus and humerus. These potential markers will be used to develop new methods to detect the early stages of the domestication process in wild boar in an archaeological context. The hypothesis being tested is that a change in the behavior of an individual with reduced mobility can lead to observable and measurable changes in bone morphology. This thesis is based on the DOMEXP ANR experimental domestication project in which wild boars were bred in captivity for two years and scanned throughout their growth to study the impact of captivity on their bone anatomy. Our results show that captivity induces a plastic morphological response for both markers, and the application of these two methods on Neolithic suines showed that the morphology of Western European suines changed during the Neolithic, which could be considered as a consequence of the arrival of a new management system based on increased population control. Moreover, the presence of small specimens evokes the possibility of a commensal trajectory. These results could be complemented by isotopic and genomic approaches in order to provide a more complete picture of this period.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.