Le souvenir s’en va-t-en guerre : Mémoires & représentations sociales du soldat de 14-18

par Brice Douffet

Thèse de doctorat en Psychologie sociale

Sous la direction de Valérie Haas et de Nikos Kalampalikis.

Soutenue le 06-01-2021

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire GRePS (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Groupe de Recherche en Psychologie Sociale / GRePS (laboratoire) .

Le président du jury était Pascal Moliner.

Le jury était composé de Valérie-Barbara Rosoux.

Les rapporteurs étaient Stéphane Laurens.


  • Résumé

    Le Centenaire de la Première Guerre mondiale (PGM) témoigne d’une volonté de commémorer, et plus généralement, un phénomène de société qui interroge les traces de ce conflit dans la pensée sociale. L'objectif de notre thèse est d'interroger la manière dont la figure emblématique du soldat de la Grande Guerre est aujourd'hui pensée, illustrée, ancrée, commémorée en contexte européen et français. Nous soutenons l'hypothèse que les représentations sociales du soldat de 14-18 jouent un rôle emblématique dans la transmission de la mémoire collective de la Grande Guerre. Les conditions de vie difficiles dans les tranchées, les traumatismes physiques et psychiques caractérisent ce conflit et mettent en évidence son caractère victimaire (Rimé, Bouchat, Klein & Licata, 2015). La construction sociale des souvenirs liés à un évènement historique s'inscrit dans un cadre se référant à une identité sociale (Haas & Jodelet, 2007 ; Jodelet & Haas, 2019). Avons-nous une représentation homogène de la Grande Guerre en Europe et en France en particulier ? Trois sources de résultats nous permettront d'illustrer notre recherche :Une première issue du projet européen Nemex COST Action 1205 (Bouchat, Licata, Rosoux & Klein, 2017, 2019) portant sur la mémoire collective des événements de la PGM via un échantillon (N=2525) d'étudiant.es de 16 pays différents. Nous avons opéré une analyse secondaire de deux échelles (émotionnelle et représentationnelle) portant sur le soldat de 14-18 de son propre pays ou d'un pays ennemi. On constate une différence significative de réponses en fonction de la nationalité des participants et du rôle de leur pays lors de la PGM : pays anciennement belligérants (plus emphatique) versus neutres (plus négative). En revanche, une tendance commune des réponses converge vers une représentation consensuelle de l'ennemi.La seconde phase vise à tenter de déterminer s'il existe une différenciation inter-régionale possible de la représentation sociale du soldat en France. Pour cela, un questionnaire a été diffusé dans 14 universités françaises (N=884). Les premiers résultats indiquent une homogénéité apparente des réponses, une sorte d'image nationale du soldat. Pourtant, certains facteurs (héroïsme, patriotisme, volontariat et haine des ennemis) présentent des variations intra-groupes significatives illustrant une différence entre le Nord-Est et le Centre-Est/Sud.Dans une troisième phase, une analyse qualitative et lexicométrique est mise en place. Tout d’abord l’analyse d’un échantillon d’articles (N=48) du site français « centenaire.org » (Label Mission Centenaire 14-18). Puis, la création d’une grille d’analyse nous a permis d’étudier les images (N=285) publiées sur le même site. Notre approche nous a permis de vérifier l’hypothèse de l’existence d’une représentation singulière de la guerre selon la situation géographique de la région concernée. D’un côté, le Grand-Est caractérisé par une mémoire du front ancrée localement à travers les paysages marqués à jamais. De l’autre, Auvergne-Rhône-Alpes, représentative de l’arrière actif au rôle décisif où le souvenir passe par la réappropriation des témoignages.

  • Titre traduit

    Memory got his gun : Memories and social representations of the WWI soldier


  • Résumé

    The Centenary of the First World War (WWI) shows a desire to commemorate, and more generally, a social phenomenon which questions the traces of this conflict in social thought. The aim of our thesis is to question the way which the emblematic figure of the soldier of the Great War is today thought, illustrated, anchored, commemorated in European and French context. We support the hypothesis that the social representation of the soldier from WWI plays an emblematic role in the transmission of the collective memory of the Great War. Difficult living conditions in the trenches, the physical and psychological trauma characterize this conflict and highlight the victimhood (Rimé, Bouchat, Klein & Licata, 2015). The social construction of memories linked to a historical event is part of a framework referring to a social identity (Haas & Jodelet, 2007; Jodelet & Haas, 2019). Do we have a homogeneous representation of the Great War in Europe and in France in particular? Three sources of results will allow us to illustrate our research: A first series of results came from the European Project Nemex COST Action 1205 (Bouchat, Licata, Rosoux & Klein, 2017, 2019) on the collective memory of WWI events via a sample (N=2525) of students from 16 countries. We performed a secondary analysis of two scales (emotional and representational) on the 14-18 soldier from his own country or from an enemy country. There is a significant difference in responses depending on the nationality of the participants and the status of their country during the WWI: formerly belligerent countries (more emphatic) versus neutral (more negative). On the other hand, a common tendency of responses converges towards a consensual representation of the enemy.A second phase aims to try to determine if there is a possible inter-regional differentiation of the social representation of the soldier in France. For this, a questionnaire was distributed to 14 French universities (N=884). The first results indicate an apparent homogeneity of the responses, a sort of national image of the soldier. However, certain factors (heroism, patriotism, voluntary and hatred of enemies) present significant intra-group variations illustrating a difference between the North-East and the Center-East / South. Finally, a qualitative and lexicometric analysis is implemented. First, the analysis of a sample of articles (N=48) from the French site “centenaire.org” (Label Mission Centenaire 14-18). Then, the creation of an analysis grid allowed us to study the images (N=285) published on the same site. Our approach allowed us to test the hypothesis of the existence of a singular representation of the war according to the geographical location of the region concerned. On the one hand, the Grand-Est characterized by a memory of the front locally anchored across the landscapes marked forever. On the other, Auvergne-Rhône-Alpes, representative of the active rear in the decisive role where the memory passes by the reappropriation of testimonies.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.