Jazz et chanson des années trente à la fin du XXe siècle : Trenet, Brassens, Nougaro, des questions de son et de sens

par Colette Lucidarme

Thèse de doctorat en Langues et littératures. Cantologie

Sous la direction de Stéphane Hirschi.

Le président du jury était Catherine Rudent.

Le jury était composé de Stéphane Hirschi, Pierre Sauvanet, Perle Abbrugiati, Serge Lacasse, Vincent Vivès.

Les rapporteurs étaient Catherine Rudent, Pierre Sauvanet.


  • Résumé

    Cette étude a pour ambition de cerner la sensibilité esthétique qui s’est développée dans la chanson française depuis le début des années trente au contact des différentes formes de jazz. L’arrivée en France, dès la fin de la Première Guerre mondiale, de nouveaux genres musicaux venus d’Amérique bouscule le paysage artistique ainsi que certaines conceptions esthétiques occidentales. Le jazz questionne la forme dans son rapport au signifié, impose le sonore pour créer du sens et interroge ainsi l’art du début du siècle, savant ou populaire, sonore ou visuel, de Pierre Mac Orlan à Darius Milhaud, Wassily Kandinsky ou Piet Mondrian. Comment la chanson française, genre alors lyrique et contraint, parvient-elle à concilier les nécessités poétiques qui la définissent avec les libertés formelles qui caractérisent le jazz ? Dans le cadre théorique et critique de la cantologie, étude pluridisciplinaire et spécifique de la chanson, et à travers l’œuvre de trois auteurs-compositeurs-interprètes ayant des approches du jazz très différentes, voire opposées, ce travail de recherche consiste à interroger ce qui musicologiquement relève du jazz pour en évaluer l’impact sur les caractéristiques fondamentales de la chanson française, en particulier sur les textes poétiques, la fluctuation des limites entre texte et musique, la conception rythmique et la modernité de l’interprétation vocale et scénique.

  • Titre traduit

    Jazz and French song since the Thirties to the end of the late twentieth century : Trenet, Brassens, Nougaro, sound and meaning in question


  • Résumé

    The present thesis explores the aesthetic sensibility developed in French song as of the early thirties through its contact with different forms of jazz. The change that occurred in France after the Great War, mainly due to new musical genres coming from America, shook the European artistic scene, and more generally Western views on aesthetics. Jazz questions form in its relation to the signified, requires sound to create meaning and thus becomes an essential part in the reflection on the arts in the first decades of the twentieth century, whether high-brow or popular culture, in sound or sight. Examples abound such as Pierre Mac Orlan, Darius Milhaud, Wassily Kandinsky or Piet Mondrian. How does French song, as a lyrical and constrained genre, reconcile its own idiosyncratic poetics with the formal openness of jazz? This study is set within the framework of cantology, the multidisciplinary and specific study of song, and explores the work of three singer-songwriters with significant differences in their approaches to jazz. It examines what from a musicological viewpoint falls into the category of jazz, in order to evaluate the impact it has had on French song, especially on poetic texts, as well as the fluctuating boundaries between text and music, the rhythmic design, and the modernity of the vocal and scenic rendition.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. Service commun de la documentation. Valenciennes- Bib électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.