Le cinéma burlesque, une autre origine du surréalisme : les pratiques des surréalistes analysées au prisme des films burlesques pendant les années folles

par Charlotte Servel

Thèse de doctorat en Histoire, histoire de l’art et archéologie. Cinéma, Études visuelles

Sous la direction de Nathalie Piégay et de Laurent Le Forestier.


  • Résumé

    Plusieurs études riches ont documenté la naissance du surréalisme en la reliant pour l’essentiel soit à la découverte de Freud et de l’inconscient, soit aux principales figures poétiques l’ayant précédé. Ce travail vise à compléter ces études par une nouvelle perspective, celle du cinéma burlesque. Cette thèse montre que le cinéma burlesque a joué un rôle dans l’émergence du surréalisme pendant les Années folles. Lorsque l’on relit les textes de cinéma des surréalistes en les associant aux films burlesques, tout en les mettant en perspective avec d’autres documents critiques et scénaristiques de l’époque et en les prolongeant par des sources qui permettent de saisir leur expérience cinématographique, on observe alors que le cinéma burlesque a agi comme un « excitant » sur les surréalistes qui a mis en mouvement leur imagination, leur écriture et même leur corps. En identifiant le cinéma burlesque comme l’une des origines du surréalisme, cette thèse cherche à revaloriser la dimension burlesque des pratiques surréalistes. La première partie examine les pratiques de spectateur des surréalistes et interroge leur dimension burlesque. La deuxième partie porte sur les écrits surréalistes consacrés au cinéma burlesque et vise à montrer que les films de Charlot et Cie ont été des « excitants » théoriques pour les surréalistes. La troisième partie s’intéresse enfin aux scénarios écrits par les surréalistes et se demande si leur nature burlesque peut s’insérer dans les milieux cinématographiques des Années folles.

  • Titre traduit

    Slapstick Cinema, another Origin of Surrealism : the Practices of Surrealists analyzed through the prism of Slapstick Films during the Roaring Twenties


  • Résumé

    The birth of surrealism has been documented by several rich studies, mostly linking it to either the discovery of Freud and the unconscious, or to the main preceding poetic figures; without questioning the validity of these studies, this work aims to complete them with a new perspective, slapstick cinema. This thesis shows slapstick cinema’s role in the emergence of surrealism during the Années folles (1920s). Re-reading the surrealists’ cinema writing alongside slapstick movies, comparing them to contemporaneous reviews and scenarios, and expanding upon them with sources allowing to grasp their cinema experience, we can see slapstick cinema acting as a “stimulant” on surrealists, setting in motion their imagination, their writing, their body even. By singling out slapstick cinema as one of the origins of surrealism, this work aims to highlight the “burlesque” in surrealist practice. The first section looks at the surrealists’ movie-going habits and likens them to slapstick behavior. The second section focuses on the surrealists writing devoted to slapstick films and aims to show that Charlie & Cie were stimulants to the surrealist theory. The third and final section looks at the scenarios written by the surrealists and asks whether the slapstick angle fits the cinema industry of the Années folles.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.