Les relations politiques et économiques russo-iraniennes depuis l'effondrement de l'URSS (1991-2014)

par Julia Zotova

Thèse de doctorat en Études slaves

Sous la direction de Aleksandr Sergeevič Lavrov.

Soutenue le 28-01-2020

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) , en partenariat avec EUR'ORBEM (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Pierre Gonneau.

Le jury était composé de Vladimir Aleksandrovitch Kolossov.

Les rapporteurs étaient Bernard Hourcade, Marie Ladier-Fouladi.


  • Résumé

    La Russie entretient avec l’Iran des relations séculaires. Depuis l'effondrement de l'URSS (1991) on observe le rapprochement politique et le développement des échanges économiques entre ces deux États idéologiquement et politiquement très différents. L’alliance russo-iranienne est basée sur la communauté de perception des nombreuses questions régionales et internationales. Elle est révélatrice des nouvelles dynamiques géopolitiques dans le monde «d’après-guerre froide» et indéniablement liée à la question de la place de la Russie, mais aussi des pays émergents, sur ce « nouvel échiquier ». Cette collaboration ébranle en quelque sorte l’avenir énergétique du monde. À travers cette étude qui porte sur la période 1991-2014, on a essayé de comprendre et d’éclaircir un certain nombre de questions : Pourquoi la coopération russo-iranienne prend-elle aujourd’hui une ampleur jamais observée auparavant? Quelle sont les raisons qui ont poussé ces deux pays à se rapprocher ? S’agit-il vraiment d’un partenariat stratégique, comme le prétendaient à différents moments, les dirigeants des deux pays, ou faut-il plutôt parler d’un « mariage de convenance » et d’une entente tactique ? Quel rôle jouent les facteurs extérieurs dans les relations russo-iraniennes actuelles? Assistons-nous à la formation d’un axe Moscou-Téhéran basé exclusivement sur la logique antiaméricaine? Quelles sont les causes politiques et économiques réellement partagées par la Russie et l’Iran, et où se trouvent les limites de leur partenariat ? Quelle position adopte la Russie face aux ambitions atomiques de Téhéran, en tant que seul pays collaborant avec l’Iran dans le domaine du nucléaire ?

  • Titre traduit

    Russian-Iranian political and economic relations after the collapse of the USSR (1991-2014)


  • Résumé

    Russia has a very long relation with Iran. Since the collapse of the USSR (1991) there has been a political rapprochement and the development of economic exchanges between these two states, ideologically and politically very different. The Russian-Iranian alliance is based on the community of perception of many regional and international issues. It is indicative of the new geopolitical dynamics in the post-Cold War world and undeniably linked to the question of the place of Russia, but also of the emerging countries, on this “new chessboard”. This collaboration is in a way affecting the energy future of the world. Through this study, which covers the period 1991-2014, we have tried to understand and clarify a number of questions: Why is Russian-Iranian cooperation now on a scale never seen before? What has caused the two countries get closer? Is it really a strategic partnership, as the leaders of the two countries have claimed at different times, or should we talk about a "marriage of convenience" and a tactical agreement? What roles do external factors play in the current Russian-Iranian relations? Are we witnessing the formation of a Moscow-Tehran axis based exclusively on anti-American logic? What are the political and economic causes actually shared between Russia and Iran, and where are the limits of their partnership? What position does Russia take in the face of Tehran's atomic ambitions as the only country collaborating with Iran in the nuclear field?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.