La poétique de l'idiotie dans l’œuvre théâtrale de Valère Novarina

par Alexandra Gaudechaux

Thèse de doctorat en Études théâtrales

Sous la direction de Sophie Lucet.

Soutenue le 28-01-2020

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Arts : Pratiques et Poétiques / APP (laboratoire) .

Le président du jury était Catherine Naugrette-Christophe.

Le jury était composé de Marion Chénetier, Laura Naudeix.

Les rapporteurs étaient Catherine Naugrette-Christophe, Marco Baschera.


  • Résumé

    Si pour Valère Novarina « l'organe du langage, c'est la main » [Chénetier-Alev, 2013], il renoue selon plusieurs champs d'investigations avec la phénoménale fécondité du Verbe telle qu'initiée par les théologiens du haut Moyen-Âge, parmi lesquels Nicolas de Cues et sa méditation quant à la sagesse de l'idiot. Une idiotie que nous proposons de faire dialoguer avec l'œuvre novarinienne depuis l'écriture jusqu'à ses agissements sur l'acteur et le sujet-spectateur. Un phénomène que nous préciserons en tant que rencontre avec le « Tout Autre » dont le choc vient renouer avec l'éthique comme philosophie première [Lévinas, 1986] et rejoindre « l'ancienne sagesse de l'ignorance » [Grozdanovitch, 2017]. Cette idiotie se définit dès lors comme « parole de poésie » érigée contre la capture de l'humain et de sa parole. Valère Novarina met pour cela en jeu dans l'espace scénique les architectures du poème et nous propose, depuis l'écriture jusqu'à ses « traversées » par l'acteur, une parole en liberté menant à l'individuation infinie du sujet-spectateur. Notre progression nous permettra notamment d'observer un artisanat de l'écriture que Valère Novarina dit pratiquer comme « cure d'idiotie » [Novarina, 1991], une expression que nous avons alors prolongée en poétique de l'idiotie afin d'en étudier les déclinaisons et les enjeux jusqu'à entrevoir à la fin de notre étude la conclusion selon laquelle, par l'entremise de l'œuvre novarinienne et des accès à la parole du sujet qu'elle ne cesse de renouveler, « nous ne sommes pas spectateurs » [Novarina, 2002].

  • Titre traduit

    The poetics of idioty in the theatrical work of Valère Novarina


  • Résumé

    If for Valère Novarina "L'organe du langage, c'est la main" [Chénetier-Alev, 2013], it revives according to several fields of investigation with the phenomenal fruitfulness of the Word as initiated by the theologians of the high Middle Ages, among which Nicolas de Cues and his meditation on the wisdom of the idiot. An idiocy that we propose to dialogue with the novarinian work from writing to his actions on the actor and the subject-viewer. A phenomenon that we will specify as an encounter with the « Other » whose shock comes back to ethics as the first philosophy [Lévinas, 1986] and join "the old wisdom of ignorance" [Grozdanovitch, 2017]. This idiocy is then defined as "word of poetry" erected against the capture of the human and his word. Valère Novarina puts this into play in the scenic space the architectures of the poem and offers us, from writing to its "traverses" by the actor, a free speech leading to the infinite individuation of the subject-spectator. Our progress will allow us to observe a craft of writing that Valere Novarina says practice as "cure of idiocy" [Novarina, 1991], an expression that we then extended into poetics of idiocy to study the declensions and the stakes until, at the end of our study, we come to the conclusion that, through the novarinian work and access to the word of the subject that it keeps on renewing, "we are not spectators"[Novarina, 2002].


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2020 par Université Rennes 2 à Rennes

La poétique de l'idiotie dans l'œuvre théâtrale de Valère Novarina


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2020 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : La poétique de l'idiotie dans l'œuvre théâtrale de Valère Novarina
  • Détails : 1 vol. (427 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 392-427
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.