Ecole et gouvernementalité : les politiques éducatives à l'oeuvre dans le contexte de l'enseignement primaire en France

par Christine Romera

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Marie Prieur.

Soutenue le 16-11-2020

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec DIPRALANG (Montpellier) (laboratoire) et de Laboratoire de linguistique diachronique- de sociolinguistique et de didactique des langues / DIPRALANG (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Léo Léonard.

Le jury était composé de Béatrice Turpin.

Les rapporteurs étaient Claudine Moïse, Valérie Spaëth.


  • Résumé

    RésuméCe travail se veut d’une part le témoignage d’une enseignante du premier degré sur l’évolution des modes de transmission du savoir et d’autre part une initiation au travail de chercheur, puisant ses outils d’analyse dans les sciences du langage, entre autre dans l’analyse de discours, et dans la « clinique » des institutions, d’inspiration psychanalytique et sociologique. L’interprétation des organisations politiques est essentiellement abordée par l’étymologie et par les travaux de P. Legendre, consacrés à l’étude du cadre dogmatique de la structure fiduciaire des institutions. Cette recherche dédiée à l’École s’articule en deux parties : la première est consacrée aux Écoles petites républiques (1870 -1970) qui se fondent sur le référent nation, tandis que la deuxième met en évidence, à partir de la crise des institutions, l’avènement des Écoles petites entreprises tournées vers le marché. Il s’agira d’analyser dans cette seconde partie le passage de la gouvernementalité à la gouvernance de l’Éducation nationale ; l’analyse du passage du règne de la loi au règne des normes et des standards, dans un contexte économique globalisé porté par le courant néo-libéral prendra appui sur les travaux de B. Hibou et d’A. Supiot. L’acte de désinstitutionalisation ou de dé-fondation des institutions annonce la refondation de l’École et son ouverture au marché. Les métiers de l’enseignement sont fragilisés par l’adoption d’une politique gestionnaire, basée sur l’expertise européenne. L’enquête de terrain menée entre 2014 et 2016, auprès de dix cadres de l’Éducation nationale et de dix enseignants du premier degré, analyse comment ces professionnels de l’Éducation vivent ce changement de mode de gouvernance. L’analyse de leurs discours révèle quatre grands positionnements vis-à-vis des nouvelles politiques gestionnaires : du déni à l’opposition, en passant par l’ambivalence et l’adhésion pleine au discours managérial, les cadres de l’Éducation nationale signifient ainsi leur refus d’intégrer la loi du Marché, leurs tentatives de s’y conformer et enfin leur acceptation de celle-ci. Il sera également question dans cette recherche de la prolétarisation des métiers de l’Éducation, de la médicalisation de l’échec scolaire, de la numérisation de « l’École de la confiance » et de l’imposition d’un discours autoritaire proche des discours totalitaires, et dont « les caractéristiques » linguistiques et discursives, prégnantes aujourd’hui dans le monde professionnel, nous obligent à la plus grande vigilance.Mots- clés :Politique éducative - Gouvernementalité- Gouvernance- Management- Analyse de discours- Positionnement- Discours managérial-Prolétarisation

  • Titre traduit

    Schools and governmentality : the role of educationnal policies within the primary school system in France


  • Résumé

    AbstractThis piece of work is, on the one hand, a primary schoolteacher's account of the evolution of the modes of transmission of knowledge and, on the other hand, an introduction to the work of the researcher taking their analytical tools from language science, among other things, discourse analysis and the 'clinic' of the institutions inspired by psychoanalysis and sociology. The interpretation of political organisation is mainly treated through etymology and P. Legendre's work on the study of the dogmatic context of the fiduciary structure of the institutions.This research on Schools is organised in two parts. The first is devoted to the 'small republic Schools' (1870-1970) which were based on the nation as the referent and the second shows, from the crisis in the institutions, the advent of the 'small company Schools' turned to the market. In the second part, the passage from the governmentality to the governance of the 'Education nationale' will be analysed; the analysis of the passage from the rule of law to the rule of norms and standards in a globalised economic context dominated by neoliberalism will use the work of B. Hibou and A. Supiot. The uninstitutionalisation or unfoundation of the institutions heralds the refoundation of Schools and their opening to the market. The teaching profession is weakened by the adoption of administrative policies based on European expertise. The field study carried out between 2014 and 2016 among ten executives in the 'Education nationale' and ten primary schoolteachers analyses how these education professionals experience that change in the mode of governance. The analysis of their views reveals four main positions on the new administrative policies: from denial to opposition to ambivalence and full adherence to the managerial view, the executives in the 'Education nationale' express their refusal to accept the law of the Market, their attempts to conform to it and, finally, their acceptance of it. This research will also deal with the proletarianisation of the teaching profession, the medicalisation of academic failure, the digitisation of 'the Schools of trust' and the imposition of authoritarian views similar to totalitarian views, whose linguistic and discursive 'characteristics', marked today in the professional world, force us to be most vigilant.Keywords:Educational policy - Governmentality - Governance - Management - Discourse analysis - Positioning - Managerial discourse - Proletarianisation


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.