Regarder son amour se défaire devant soi : Le roman de la fin du couple selon Jean-Philippe Toussaint, Christian Oster et Jacques Serena

par Frédéric Clamens-Nanni

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises

Sous la direction de Sylviane Coyault.


  • Résumé

    Bien qu’ils n’aient pas à proprement parler un air de famille, Toussaint, Oster et Serena écrivent des romans de la fin du couple qui rendent compte d’un « travail du négatif », trait saillant du roman minuitard depuis les années 1980 selon Fabien Gris. Ces fictions se polarisent désormais plus sur la séparation que sur la rencontre. Elles se donnent comme autant de modulations d’une situation que l’on peut, en paraphrasant Toussaint, caractériser par cette formule : regarder son amour se défaire devant soi. C’est sous les yeux du narrateur que la fin du couple s’accomplit, donc selon sa perspective, son optique. Cette thèse analyse la disjonction des personnages au fil d’un itinéraire visuel en trois étapes. La première montre comment ces récits nient la formule rituelle Leurs yeux se rencontrèrent, infléchissant alors le roman sentimental et ses topoï. Il n’est plus de première vue décisive pour sceller la destinée du couple. Le face à face bascule vers un face à dos, objet de la deuxième étape. Le dos y est envisagé à travers le pivotement qu’il exécute et comme motif à la croisée des arts visuels et du roman. Il s’impose dans le champ de vision du spectateur à qui il oppose une fin de non-recevoir. Après le pivotement, la femme de dos s’éloigne puis disparaît. La troisième étape se construit autour du vide laissé par celle qui s’en est allée et qui occupe une zone aveugle. Toujours en position de spectateur, le narrateur se figure son absence. Telle est l’ultime étape de cet itinéraire visuel : le blanc devant lui devient écran de projection sur lequel défilent les images d’une vie qui se déroule dorénavant sans lui. Le blanc se fait appel du vide, vide vertigineux, gouffre, ou surface réfléchissant sa propre vacuité quand il se retrouve seul avec lui-même

  • Titre traduit

    Watching as your love story unravels before your eyes : Novels of the end of the couple according to Jean-Philippe Toussaint, Christian Oster and Jacques Serena


  • Résumé

    Despite their obvious differences, the novels written by Toussaint, Oster and Serena narrate the end of the love story, with a particular emphasis on negativity – which, according to Fabien Gris, constitutes a defining feature of the Minuit novels since the 1980s. These works of fiction focus more on the breakup than on the first time the lovers met. They describe a series of situations that one could classify with this phrase, borrowed from Jean-Philippe Toussaint: “Watching as your love story unravels before your eyes.” The end of the relationship happens right before the eyes of the narrator, and is portrayed according to his perspective, his viewpoint. This dissertation analyzes the separation of the characters according to three visual steps. The first step shows how those novels undo the traditional formula “when their eyes met” (Jean Rousset), and differ from the pattern of the sentimental novel and its topoi. There is no decisive first encounter anymore that determines the destiny of the couple. There is no more face-to-face for the characters, but rather a “face-to-back”, which is the object of the second chapter. The back is studied as both a symbol of the loved one turning around and as a motif situated at the crossing between visual arts and writing. For the spectator, the back symbolizes a final refusal. After she turns around, the loved woman walks away and then disappears. The third step of the argument focuses on the void she leaves behind as she moves on, a blind spot. Left in the position of a spectator, the narrator has to picture her absence. This is the final stage of this visual itinerary: the emptiness before him turns into a projection screen on which pictures of a life are shown, pictures now happening without him. This white page stands in for a void, a vacuity, an abyss – and also a white canvas reflecting the emptiness in the narrator’s life

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.