Les risques d'origine torrentielle et gravitaire dans la haute vallée du Guil (Queyras, Alpes du Sud, France)

par Benoît Carlier

Thèse de doctorat en Géographie. Géographie et environnement

Sous la direction de Gilles Arnaud-Fassetta.

Le président du jury était Anne Puissant.

Le jury était composé de Gilles Arnaud-Fassetta, Anne Puissant, Patrick Pigeon, Frédéric Liébault, Monique Fort, Gilles Grandjean.

Les rapporteurs étaient Patrick Pigeon, Frédéric Liébault.


  • Résumé

    Le Queyras est particulièrement exposé aux aléas d’origine torrentiel et gravitaire. Dans le cadre du projet SAMCO, une étude se voulant systémique a été menée sur cet espace. Combinant l’étude des aléas et l’évaluation de la vulnérabilité, cette analyse a été menée à différentes échelles spatiales afin de se conformer aux attentes des gestionnaires du risque. Ce travail de recherche est divisé en cinq parties. La première partie est consacrée à l’analyse des facteurs pouvant prédisposer le bassin du Haut-Guil au déclenchement d’aléas d’origine torrentielle et gravitaire. Y sont exposés les caractéristiques géologiques, géomorphologiques, anthropiques et hydroclimatique du bassin du Haut-Guil. Ces travaux ont permis d’identifier les principaux risques et de mettre en avant le rôle des transferts sédimentaires et des phénomènes de retour d’est dans la genèse des risques. La deuxième partie se focalise sur l’un des sous-bassins les plus actifs du bassin en matière de transferts sédimentaires : le Peynin. L’objectif était d’évaluer le rôle des sédiments dans la genèse des aléas. On s’est ici intéressé à la caractérisation et la quantification des stocks sédimentaires du Peynin, à la quantification des transferts sédimentaires, à l’établissement d’un budget sédimentaire sur 20 ans et à l’analyse de la connectivité fonctionnelle du bassin du Peynin. Ces travaux ont permis de formaliser la cascade sédimentaire du Peynin et de mettre en avant le rôle des laves torrentielles dans la recharge des stocks intermédiaires. Ces travaux ont aussi mis en lumière la nécessité d’une recharge des stocks comme condition au déclenchement de crues catastrophiques. Dans la troisième partie sont exposées les cartes produites pour chacun des aléas pris en compte : les crues torrentielles, les glissements de terrain et les avalanches. L’aléa crue torrentielle a été cartographié par diachronie et à l’aide d’une modélisation hydraulique. L’aléa glissement de terrain a été cartographié suite à une modélisation de la susceptibilité aux glissements de terrain. L’aléa avalancheux a été cartographié à partir des cartes de la CLPA complétées. Ces travaux ont mis en évidence la forte exposition des communes de la Haute-Vallée du Guil aux aléas torrentiels et gravitaires. L’exposition des communes du bas-Queyras et des vallées des Aigues est moindre. Dans la quatrième partie nous nous sommes intéressés à la composante vulnérabilité du risque. Cette dernière a été évaluée dans ses dimensions biophysique et sociale, d’abord séparément puis conjointement afin de donner un aperçu de la vulnérabilité globale du territoire. On a ainsi procédé à l’évaluation des conséquences potentielles des différents aléas sur les enjeux bio-physiques du Queyras, à l’analyse des perceptions individuelles et collectives des risques. Ce travail effectué, nous avons proposé une méthode innovante visant à évaluer ensemble les aspects biophysiques et socio-économiques de la vulnérabilité. Sur l’aspect biophysique, ce sont les communes de la haute-vallée du Guil qui apparaissent les plus vulnérables. Sur le volet social, la tendance est inverse. Dans la cinquième partie, nous avons procédé à l’analyse des risques et de leurs évolutions possibles dans un contexte de changement global. Y sont exposés les travaux relatifs à notre analyse des risques dans le Queyras. Ils s’accompagnent d’une réflexion sur la résilience des communautés queyrassines et sur les modalités de la gestion des risques à l’échelle du bassin-versant et de la commune. Quatre scénarios d’évolution de l’occupation du sol aux horizons 2050 et 2100 sont présentés. Ces scénarios simulent les évolutions possibles du territoire face à différents contextes socio-économiques. D’une manière générale, les risques sont très importants dans le Queyras néanmoins, les commutées queyrassines montrent des signes évidents de résiliences.

  • Titre traduit

    Torrential and gravitational risks in the Upper Guil Valley (Queyras, Southern Alps, France)


  • Résumé

    The Queyras is particularly exposed to the vagaries of torrential and gravitational origin. As part of the SAMCO project, a systemic study was conducted on this space. Combining the study of hazards and the assessment of vulnerability, this analysis was conducted at different spatial scales in order to conform to the expectations of risk managers. This research work is divided into five parts. The first part is devoted to the analysis of the factors that may predispose the Haut-Guil basin to the triggering of hazards of torrential and gravitational origin. The geological, geomorphological, anthropogenic and hydroclimatic features of the Haut-Guil basin are exposed. This work has identified the main risks and highlighted the role of sedimentary transfers and east-return phenomena in the genesis of risks. The second part focuses on one of the basin's most active sub-basins for sedimentary transfers: the Peynin. The objective was to assess the role of sediments in the genesis of hazards. The study focused on the characterization and quantification of Peynin sedimentary stocks, the quantification of sedimentary transfers, the establishment of a 20-year sedimentary budget, and the analysis of functional connectivity of the basin. Peynin. This work has made it possible to formalize the Peynin sedimentary waterfall and to highlight the role of torrential lavas in recharging intermediate stocks. This work also highlighted the need for stock recharging as a condition for the outbreak of catastrophic floods. In the third part are exposed the maps produced for each of the hazards taken into account: torrential floods, landslides and avalanches. The torrential raw hazard was mapped by diachrony and hydraulic modelling. Landslide hazard was mapped following a modelling of landslide susceptibility. The avalanche hazard was mapped from the completed CLPA maps. This work highlighted the strong exposure of the municipalities of the Upper Valley of the Guil to the vagaries of torrential and gravitational hazards. The exposure of the communes of Lower Queyras and the Aigues valleys is less. In the fourth part we looked at the vulnerability component of the risk. The latter was evaluated in its biophysical and social dimensions, first separately and then jointly to give an overview of the overall vulnerability of the territory. The potential consequences of the various hazards on the bio-physical issues of Queyras were assessed, and individual and collective perceptions of risks were analysed. This work carried out, we proposed an innovative method to jointly evaluate the biophysical and socio-economic aspects of vulnerability. On the biophysical aspect, it is the municipalities of the upper Valley of the Guil that appear the most vulnerable. On the social side, the trend is reversed. In the fifth part, we analyzed the risks and their possible evolutions in a context of global change. It outlines the work on our risk analysis in Queyras. They are accompanied by a reflection on the resilience of Queyrassin communities and on the modalities of risk management at the watershed and community level. Four scenarios for the evolution of land use in the 2050 and 2100 horizons are presented. These scenarios simulate possible changes in the territory in the face of different socio-economic contexts. In general, the risks are very high in Queyras however, the queyrassine switches show obvious signs of resilience.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.