Impact de la souche Psjn de Paraburkholderia phytofirmans sur la tomate en réponse à une température élevée

par Alaa m. issa Issa

Thèse de doctorat en Physiologie et biologie des organismes - populations - interactions

Sous la direction de Essaïd Ait Barka et de Nathalie Vaillant-Gaveau.

Le président du jury était Eric Gontier.

Le jury était composé de Essaïd Ait Barka, Nathalie Vaillant-Gaveau, Marc Bardin, Christophe Clément, Valérie Leclère, Antoine Drevelle.

Les rapporteurs étaient Marc Bardin.


  • Résumé

    Les températures élevées et le déficit de l'eau résultant du changement climatique peuvent considérablement influencer la croissance et le développement des plantes ainsi que leur sensibilité aux agents pathogènes. Dans cette situation, l'agriculture doit mieux s’adapter aux changements climatiques.Dans ce contexte, certaines bactéries de type PGPR (Plant Growth Promoting Rhizobacteria) sont capables de protéger les plantes contre des stress biotiques et/ou abiotiques. Il a été montré, au laboratoire que la bactérie PGPR, Paraburkholderia phytofirmans conférait à la vigne, une meilleure tolérance aux basses températures. Cette protection s’explique en partie par le maintien de la photosynthèse et une augmentation des teneurs en sucres solubles.Au cours de ce travail, nous avons utilisé la bactérie, P. phytofirmans pour induire une tolérance à la chaleur chez la tomate dans le but d’anticiper les effets d’un réchauffement climatique. Les objectifs du travail étaient de caractériser d’un point de vue agronomique, biochimique, physiologique et moléculaire l’impact de la bactérie sur la plante en condition de stress thermique.Les résultats de cette étude ont démontré l’importance de l’utilisation de P. phytofirmans souche PsJN comme agent biologique en particulier vis à vis d’un réchauffement climatique. Ces résultats permettront de répondre aux attentes des sélectionneurs de tomates qui visent à développer une productivité accrue respectueuse de l’environnement tout en offrant une meilleure tolérance aux stress biotiques et abiotiques.

  • Titre traduit

    Impact of Paraburkholderia phytofirmans strain PsJN on tomato plant in response of high temperature


  • Résumé

    High temperatures resulting from climate change can significantly influence plant growth, development, and susceptibility to pathogens. In this situation, agriculture needs to better adapt to climate change.In this context, certain Plant Growth Promoting Rhizobacteria (PGPR) are able to protect plants against biotic and/or abiotic stresses. It has been shown in the laboratory that the PGPR bacterium, Paraburkholderia phytofirmans strain PsJN, gives the grapevine a better tolerance under low temperatures. This protection is partly attributed to the modulation of carbohydrate metabolism through the maintenance of photosynthesis and an increase of soluble sugars levels.During this work, the bacterium P. phytofirmans was used to induce heat tolerance to tomato plants to anticipate the global warming effects. The objectives of the work were to characterize, from an agronomic, biochemical, physiological and molecular point of view, the impact of the bacteria on the plant response under heat stress conditions.The results of this study demonstrated the importance of the use of P. phytofirmans strain PsJN as a biological agent especially with respect to global warming. These results will meet the expectations of tomato breeders who aim to develop increased productivity while respecting the environment and offering a better tolerance to biotic and abiotic stresses.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne (Bibliothèque électronique). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.