Construction et transformation de l’imaginaire social de la religieuse au XVIIIe siècle

par Marilyse Turgeon-Solis

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Christophe Martin et de Joël Castonguay-Bélanger.

Le président du jury était Colas Duflo.

Le jury était composé de Christophe Martin, Joël Castonguay-Bélanger, Colas Duflo, Marc André Bernier, Nancy M Frelick.

Les rapporteurs étaient Colas Duflo, Marc André Bernier.


  • Résumé

    L’engouement pour le personnage de la religieuse dans la littérature du XVIIIe siècle n’est certes plus à démontrer. Or, la multiplication de ce personnage dans l’univers littéraire nous a amené à nous questionner sur les enjeux sociaux se cachant derrière ses représentations protéiformes. Loin d’être anodin, le choix du personnage de la religieuse apparaît souvent stratégique et, surtout, hautement ancré dans le contexte social et politique du siècle. Si l’affirmation est valable pour l’ensemble du XVIIIe siècle, elle est encore plus marquée dans ses deux dernières décennies et dans la foulée des événements révolutionnaires, alors qu’une radicalisation de certains traits dans les représentations des religieuses est notable. À partir d’un corpus hétéroclite, nous nous sommes interrogés sur la part de l’imaginaire social – et les représentations qui le constituent, le nourrissent et le gouvernent – dans l’évolution du discours révolutionnaire entourant les religieuses et sur la décision finale de fermer les couvents en 1792. Il s’avère que les représentations de religieuses sont symptomatiques des critiques anticléricales qui se répandent dans la France d’Ancien Régime et que le procès qui est fait à la religieuse dans une partie de la littérature au XVIIIe siècle se révèle emblématique de celui intenté contre l’Église au courant du même siècle. Le croisement de sources diverses a servi à étoffer cette démonstration et a permis d’exposer les procédés par lesquels la fiction a participé à la construction d’un imaginaire social dépréciatif de la religieuse et de la mise en accusation des couvents.

  • Titre traduit

    Construction and Transformation of the Social Imagination of the Nun in the 18th Century


  • Résumé

    The fascination for the figure of the nun in 18th century literature is attested by its presence in the literary landscape. This presence has led us to question the social stakes behind its protean representations. Far from being insignificant, the choice of this figure often appears strategic and, above all, highly rooted in the social and political context of the century. While the affirmation is valid for the whole of the eighteenth century, it is even more marked in its last two decades and in the wake of revolutionary events, during which time a radicalization of certain traits in the representations of the nuns is especially perceivable. Basing our enquiry on a heterogeneous corpus, we have asked ourselves about the implication of the social imagination in the evolution of the revolutionary discourse surrounding the nuns and on the final decision to close the convents in 1792. Characterization of nuns in a part of the literature of the 18th century is symptomatic of the spirit of anticlericalism spreading in the France of the Old Regime. The crossing of various sources (novels, theatre pieces, letters written by nuns, etc.) served to flesh out this demonstration and allowed us to see the processes in which fiction could participate in the construction of this lessening social imagination and the indictment of both the convents and nuns

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.