Récits, fictions, descriptions : l'ekphrasis comme pratique artistique

par Damien Dion

Thèse de doctorat en Arts et sciences de l'art

Sous la direction de Christophe Viart.

Soutenue le 15-11-2019

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Arts plastiques, esthétique et sciences de l'art (Paris) , en partenariat avec Institut ACTE (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Marie-Noëlle Semet-Haviaras.

Le jury était composé de Christophe Viart, Paul Ardenne, Magali Nachtergael.

Les rapporteurs étaient Fabrice Flahutez.


  • Résumé

    L’ekphrasis est traditionnellement définie comme la description verbale d’un objet artistique réel ou fictif. Elle est ainsi représentative d’un phénomène d’interférence entre le factuel et le fictionnel, mais également entre le verbal et le visuel. C’est avec le développement de démarches artistiques qui émergent dans les années 1960 que va s’opérer un véritable tournant linguistique et narratif de l’art où l’œuvre, sa documentation, son commentaire ou son récit vont se croiser, se fondre parfois, pour voir émerger des entités hybrides, parfois ambiguës. Par ailleurs, les stratégies de dis-cours, de commentaire et de récit par les artistes sur leur propre travail participent d’une volonté de réappropriation de l’artiste vis-à-vis, notamment, du critique d’art. C’est à partir des années 1950 qu’émergent ce que Jean-Marc Poinsot nomme des récits autorisés, c’est-à-dire ces discours dont les artistes accompagnent leurs prestations esthétiques, formes de commentaires par l’artiste, désireux de donner lui-même les clés de lecture de sa propre œuvre. Le discours sur l’art tend ainsi à se confondre avec un discours de l’art, au point d’être parfois intégré à la pratique elle-même. Repenser l’ekphrasis à l’aune de ces notions permet d’étudier des pratiques artistiques qui brouillent volontairement les pistes entre art, paratexte et contexte et génèrent des fictions. Cette question de la fiction artistique sera ainsi développée, notamment dans sa capacité à se disséminer dans le réel par le recours à la métalepse, une figure de style qui transgresse la frontière mouvante entre deux mondes : celui où l’on raconte et celui que l’on raconte.

  • Titre traduit

    Narratives, fictions, descriptions : ekphrasis as an artistic practice


  • Résumé

    Ekphrasis is traditionally defined as the verbal description of a real or fictional artistic object. Thus it is representative of a phenomenon of interference between the factual and the fictional, but also between the verbal and the visual. It is in particular with the development of artistic approaches that emerge in the 1960s that a veritable linguistic and narrative turn of art will take place where the work, its documentation, its commentary or its narrative will cross, melt together sometimes, to see emerging hybrid entities, sometimes ambiguous. Moreover, the strategies of discourse, commentary and narrative by the artists on their own work are part of an artist’s desire to reappropriate the discourse on art. It is from the 1950s that what Jean-Marc Poinsot calls authorized narratives, that is to say, these dis-courses whose artists accompany their aesthetic performances, forms of comments by the artist, wish to give himself the keys to reading his own work. The discourse on art thus tends to be confused with a discourse of art, to the point of being sometimes integrated into the practice itself. Rethinking ekphrasis by means of these notions allows us to study artistic practices that deliberately blur the lines between art, paratext and context, and generate fictions. Thus, this question of artistic fiction will be developed, particularly in its capacity to spread itself in the real through the use of metalepse, a figure of speech that transgresses the moving boundary between two worlds: the one where we tell and the one that we tell.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.