Le Banditisme rural en Algérie à la période coloniale (1871 - années 1920)

par Antonin Plarier

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Sylvie Thénault.

Le président du jury était Hélène Blais.

Le jury était composé de Sylvie Thénault, Jennifer Elson Sessions, Didier Guignard.

Les rapporteurs étaient Aurélien Lignereux, Ounassa Siari-Tengour.


  • Résumé

    Le banditisme rural en Algérie pendant la période coloniale est un phénomène social siginficatif et constitue une porte d'entrée dans la compréhension des rapports sociaux en milieu rural et en situation coloniale. Le processus de dépossession foncière ainsi que la remise en cause des droits d'usage dans les zones forestières alimentent une conflictualité rurale dont le banditisme est une expression exacerbée. Ces bandits sont définis par l'état qui fixe les domaines de la loi et ceux du hors-la- loi. Le phénomène préocuppe l'administration constamment mais le degré d'inquiétude connaît des variations politiques. Dans les années 1890, par exemple, les autorités considèrent le banditisme comme un fait remettant en cause sa domination. Cette résistance perçue suscite en retour une réaction répressive. Celle-ci se heurte à des difficultés multiples et fait face notamment à une sourde hostilité émanant de la société rurale. L'intervention de la force armée peut constituer l'ultime dénouement des épisodes de banditisme même si le répertoire répressif mis en oeuvre présente une grande diversité. Le banditisme connaît une période d'acmé avec la Première Guerre mondiale. L'impopularité de la conscription favorise insoumissions et désertions qui alimentent à leur tour des groupes de bandits. Cette activité préoccupe l'autorité, inquiète des potentielles révoltes. Celles-ci se réalisent d'ailleurs à la faveur de l'automne 1916 dans le Belezma. Une forte interaction s'y exprime entre bandits et insurgés, les premiers jouant un rôle central dans cet épisode.

  • Titre traduit

    Rural banditry in colonial Algeria ( 1871-1920's)


  • Résumé

    Rural banditry in Algeria during the colonial period is a significant social phenomenon and is a gateway to understand social relations in rural and colonial situations.The process of land dispossession and the questioning of user rights in forest areas fuel rural conflicts. Banditry is an exacerbated expression of these conflicts. Bandits are defined by the state who set the areas of the law and those of the outlaw. The phenomenon preoccupies the administration constantly, but the degree of anxiety varies depending on political situations. In 1890s for example, the autorities consider as a fact threatening its domination. This perceived resistance gives rise to a repressive reaction. This reaction faces difficulties and even a hostility emaning from rural society.The intervention of the armed force may be the ultimate outcome of episodes of banditry even if the repressive repertoire implemented shows a great diversity. Banditry is going through a period of peak with the First World War. The unpopularity of conscription favors insubordination and desertion, which in turn feed gangs of bandits. This activity worries the autority, anxious about potential revolts. These are realized besides in favor of the autumn 1916 in the Belezma. A strong interaction is expressed between bandits and insurgents, the first playing a leading role in this episode.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.