La technique et l'Être chez Michel Foucault

par Yudai Shimizu

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Philippe Sabot.

Le président du jury était Judith Revel.

Le jury était composé de Philippe Sabot, Judith Revel, Marcelo Sergio Raffin, Frédéric Gros.

Les rapporteurs étaient Marcelo Sergio Raffin, Frédéric Gros.


  • Résumé

    Ce travail a pour but d’éclairer comment Foucault a élaboré sa critique de l’homme comme figure centrale du savoir moderne : problématique qu’il a reprise à la ligne de pensée antihumaniste qui s’est répandue dans la France d’après-guerre. Pour ce faire, il a tenté de concevoir une nouvelle forme de savoir qui n’est réductible au savoir moderne centré sur l’homme comme doublet empirico-transcendantal. Quel est alors sa conception de ce nouveau savoir à venir ? Dans notre thèse, nous tâcherons de montrer que ce nouveau savoir consiste dans le « jeu de la technique ». Alors que ces deux notions n’ont pas forcément l’objet des recherches précédentes ni encore des textes du philosophe lui-même, la réflexion autour de ces notions peut se repérer, selon nous, de ses premiers ouvrages jusqu’au ses derniers cours au Collège de France en passant par ses livres dédiés à la « technologie politique du corps ». À travers nos recherches, nous préciserons une part que, chez Foucault, la technique consiste dans la production impersonnelle des formes dans la positivité du langage et du corps ; de ce point de vue, n’étant plus basée sur le sujet ni l’objet, la technique donne lieu plutôt à diverses fonctions du sujet et de l’objet. Nous défendrons d’autre part que, pour Foucault, l’être est considéré comme jeu de vérités ou la stratégie de la vérité, qui se déroule dans la dimension du positif plutôt que d’être situé dans l’ordre du fondamental. À travers l’analyse de tous ses ouvrages et certains de ses cours au Collège de France, notre thèse a pour objectif de démontrer que c’est à l’appui de sa réflexion sur ce « jeu de la technique » que Foucault a pu développer ses études critiques vis-à-vis de l’homme. Pour ce faire, notre thèse avancera en cinq étapes : 1. expliquer comment Foucault a esquissé l’apparition de l’homme au seuil de l’âge moderne ; 2. expliciter sa propre notion de ce nouveau savoir à l’appui de son analyse des techniques du langage ; 3. mettre en relief le rapport entre la positivité de la technique et la stratégie de la vérité qui lui impose un ordre, voire une certaine technologie de sujet et d’objet ; 4. élucider le rapport entre la technologie de soi et le rapport à soi ; 5. rendre compte de la problématisation qui, prenant pour cible privilégié la parrêsia, sert à critiquer le jeu actuel de vérité où la subjectivité et l’objectivité s’articulent d’une manière contingente et, de ce fait, transformable.

  • Titre traduit

    Technique and Being in Michel Foucault


  • Résumé

    This work is aimed at clearing how Foucault elaborated his critique of the man as central figure in the modern episteme: problem which he had taken from the anti-humanist thinking widely spread in the France after the World War II. In doing so, the philosopher invented a new form of knowledge that couldn’t be reduced to the modern knowledge centered on the man as a “doublet empirico-transcendantal”. Then, what is it that this new form of knowledge? In our thesis, we try to show that, for Foucault, this new knowledge consisted of the ‘play of technic (jeu de la technique)’. Though the two concepts – play and technic – aren’t subject of previous research, nor of the philosopher’s own texts, the thought on them can be found, according to us, from his first work to his last Cours au Collège de France, inculding his work on the power and the ‘political technology of the body’. Through our research, we clarify, on the one hand, that the technic in a foucauldian sens means the ‘impersonal production of forms in the positivity of language and body’; from this point of view, it isn’t based neither on the subject nor object, but it does produce various forms of subject and object. On the other hand, we defend that the concept of ‘Being (Être)’ is considered by him as a ‘play of truth’ or the ‘strategy of truth’ which take place in the order of the ‘positive’, not in that of the ‘fundamental’. Throughout our analysis of all his works – from beginning to end –, the purpose of our thesis is to demonstrate that it is on the basis of his reflection upon this play of technics that he was able to develop his critique of the modern episteme as well as the man. To do so, our thesis will advance in the following five steps: 1. to explain how Foucault described the appearance of the man at the threshold of modern age; 2. to define his concept of knowledge in the support of his early texts on the play of language ; 3. to show the relation between positivity of the technic and strategy of the truth in the light of his works on the power and the political technology of body ; 4. to clarify the connection between the technic of the self (technique de soi) and the technology of the self (technologie de soi); 5. to explain the problematization which, in discussing the notion of ‘parehsia’.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.