Can we use a social experiment to assess the impact of participatory processes for water management? Studying a generic method tackling the evaluation of capabilities

par Sarah Loudin

Thèse de doctorat en Sciences de l'eau

Sous la direction de Nils Ferrand.


  • Résumé

    L'implication des populations dans les processus de décision concernant la gestion de leurs ressources naturelles a été largement encouragée par les acteurs institutionnels, de l'échelle nationale à l'échelle internationale. L’évaluation de ces processus est importante pour déterminer leur efficacité et renforcer leur gouvernance. C'est pourquoi nous avons proposé avec cette thèse de développer un outil d'évaluation des impacts des processus participatifs dans le temps sur les personnes y prenant part. Pour ce faire, nous explorons l’utilisation d’une expérimentation sociale pour accomplir cette tâche et nous nous concentrons sur les capabilités des participants, c’est-à-dire leurs libertés d’être et de faire auxquelles ils accordent de la valeur. Ainsi, la principale question de recherche de cette thèse est la suivante: est-il possible d’utiliser une expérimentation sociale basée sur un jeu de rôle pour évaluer l’impact des processus participatifs pour la gestion de l’eau sur leurs participants?Nous nous sommes concentrés sur trois capabilités liées à la prise de décisions participative dans le domaine de la gestion des ressources en eau: être capable, en tant qu’individu, de s’exprimer dans un contexte social déterminé; être capable de faire collectivement le diagnostic d'une situation problématique; et être capable de collectivement établir des règles pour gérer un socio-écosystème et de les mettre en œuvre.Nous avons conçu l’expérimentation CappWag, un outil d’évaluation mixte reposant sur un jeu de rôle ad hoc appelé CAPPWAG (divisé en une version ex ante, CAPPWAG-RIVIERE, et une version ex post, CAPPWAG-LAC), un questionnaire et une débriefing collectif. Nous avons mis en œuvre l’expérience CappWag sur deux études de cas: une unique évaluation de capabilités en Tunisie dans le cadre du projet PR-OSCAR ; et une évaluation ex ante ex post en France avec des étudiants de première année au sein du Master Eau et participant à un cours de trois mois sur la Gestion intégrée des ressources en eau. Les résultats ont montré que les capabilités évaluées dans les douze groupes de participants variaient considérablement en termes d’existence et de développement. Dans le cas du Master Eau, l’évolution des trois capabilités au cours des trois mois du cours de GIRE était tout aussi diverse et, malgré nos attentes, elles n’ont pas toujours augmenté, et parfois même diminué. La méthodologie que nous avons utilisée pour analyser les données s'est avérée être un compromis intéressant entre la collecte et le traitement des données et la précision des résultats finaux fournis aux chercheurs, mais également aux praticiens et aux participants. L'évaluation des capabilités collectives a été la partie la plus difficile des analyses, en raison des multiples configurations possibles de groupes qui peuvent avoir lieu pendant un atelier. Malgré les efforts entrepris pour rendre l'outil d'évaluation aussi attrayant que possible pour les participants et les praticiens, son inclusion dans de vraies processus participatifs pourrait encore être améliorée, afin de garantir sa double mise en œuvre (ex ante et ex post). L’approche par les capabilités qui sert de cadre conceptuel à cette thèse présente de solides atouts pour saisir les motivations, les intérêts et les capacités des participants en termes de gestion des ressources en eau et d’action collective. Afin d’être encore plus utile aux praticiens et aux participants, notre outil d’évaluation tirerait profit de la collecte et du traitement d’informations supplémentaires concernant la participation des personnes au processus participatif ou à la formation évalués dans la vie réelle, ainsi qu’aux événements et aux dynamiques sociales s’y déroulant.

  • Titre traduit

    Peut-on évaluer expérimentalement l'impact des processus participatifs en gestion de l'eau ? Etude d'une méthode générique ciblant l'évaluation de capabilités


  • Résumé

    The involvement of people in decision-making processes concerning the management of their natural resources has been largely promoted by institutional actors, from national to international scale. Its evaluation is important to determine its effectiveness and support governance. That is why we proposed in this thesis to develop an evaluation tool of the impacts of public participation through time on people and groups of people. To do this, we explore the use of a social experiment to perform this task, and focus on the capabilities of people, that is to say their valued freedoms of being and doing. Hence, the main research question of this thesis is the following: is it possible to use a social experiment based on a role-playing game to evaluate the impact of participatory processes for water management on its participants?We focused on three capabilities related to important states of being and action in the field of participatory decision-making for water resource management: being able as an individual to express oneself in a determined social context; being able to collectively make the diagnosis of a problematic situation; and being able to collectively make rules to manage a socio-ecosystem and implement them.We designed the CappWag experiment, a mixed-method evaluation tool based on an ad hoc role-playing game called CAPPWAG (divided in an ex ante version, CAPPWAG-RIVER, and an ex post version, CAPPWAG-LAKE), a questionnaire and a collective debriefing. We implemented the CappWag experiment on two case studies: a one-time evaluation of capabilities in Tunisia through the PR-OSCAR project, and an ex ante ex post evaluation in France with first-year Water Master’s students taking part in a course on Integrated water resource management. The results showed that the capabilities evaluated in the twelve groups of players varied greatly in terms of existence and strength. In the Master’s case study, the evolution of the three capabilities in the three-month span of the IWRM course was just as diverse and despite our expectations, they did not always increase, and sometimes even decreased. The methodology we used to analyze the data proved to be an interesting compromise between the collection and treatment of the data and the precision of the final results delivered to researchers, but also practitioners and participants. The evaluation of a collective capability was the most difficult part of the analyses, because of the multiple group configuration that can take place during a workshop. Despite the efforts undertaken to make the evaluation tool as appealing as possible to participants and practitioners, its inclusion within participatory processes could still be improved, in order to ensure its double implementation (ex ante and ex post). The capability approach that serves as a conceptual framework in this research does presents strong assets to capture the motivations, interests and capacities of participants in terms of water resource management and collective action. In order to be even more useful to practitioners and participants, our evaluation tool would benefit from the collection and treatment of additional information concerning people’s involvement in the real-life evaluated participatory process or training and to the events and social dynamics taking place outside of the evaluation tool.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris Claude Bernard. Bibliothèque.
  • Bibliothèque : AgroParistech. Centre de documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.