Mise en œuvre et perception de l'orthographe française chez des élèves de collège et des étudiants de sections de technicien supérieur.

par Hélène Le Levier

Thèse de doctorat en Sciences du langage Spécialité Didactique et Linguistique

Sous la direction de Catherine Brissaud.

Le président du jury était Jean-Pierre Chevrot.

Le jury était composé de Bertrand Daunay.

Les rapporteurs étaient Marie-Laure Elalouf, Clara Mortamet.


  • Résumé

    L’omniprésence de la communication écrite et le développement des technologies numériques renforcent aujourd’hui la demande sociale en matière de compétence orthographique dans la francophonie. Or diverses études ont fait le constat d’une baisse du niveau, en particulier en orthographe grammaticale, chez les élèves français. On constate donc un décalage entre la demande sociale de production d’écrits orthographiquement normés et les compétences des élèves français en fin de scolarité. Dans le cadre de cette thèse, nous nous interrogeons sur les compétences orthographiques de ces élèves en termes de performance, de raisonnement et de perception du statut social de l’orthographe. À la lumière des études déjà publiées, nous faisons les hypothèses suivantes : 1/ les difficultés les plus aigües se concentrent sur la morphographie du verbe et de l’adjectif ; 2/ les procédures mises en œuvre par les élèves ne sont pas systématiquement adaptées au fonctionnement morphosyntaxique du français écrit ; 3/ les élèves ayant grandi en France, leur perception du statut social de l’orthographe est conforme à ce qui est observé dans le reste de la société.À leur arrivée au lycée, les élèves sont censés maitriser l’orthographe du français qui n’apparait plus dans les programmes d’enseignement que de façon très périphérique. Notre double enquête s’intéresse donc à deux groupes d’élèves : d’une part des élèves de troisième sur le point de commencer leur scolarité au lycée ; d’autre part des élèves de STS déjà bacheliers et engagés dans un cycle d’études supérieures courtes. Afin d’évaluer leur performance orthographique et d’établir quels points d’orthographe grammaticale les mettent le plus en difficulté, nous avons recueilli 735 dictées en troisième et 178 dictées en STS. Nous avons complété nos données par 131 entretiens en troisième et 65 en STS qui poursuivent deux buts : établir à quelles procédures les élèves ont recours pour gérer les problèmes orthographiques qui se posent à eux et explorer leur rapport à l’orthographe.Nos résultats confirment nos hypothèses et permettent de les affiner. La maitrise du fonctionnement morphosyntaxique de la langue des élèves enquêtés n’est souvent pas suffisante pour résoudre l’ensemble des difficultés que pose le français, en particulier lorsque la syntaxe s’écarte du modèle le plus simple ou dans des cas particulièrement complexes tels que l’accord du participe passé. L’analyse des procédures utilisées par les élèves pour résoudre ces difficultés révèle qui plus est un défaut d’appropriation du vocabulaire grammatical scolaire qui suggère d’interroger l’efficacité des modalités d’enseignement actuelles. Ces difficultés à appliquer la norme orthographique sont cependant associées à une forte adhésion à la valeur sociale de l’orthographe. Une partie des enquêtés témoigne d’un attachement très fort à l’orthographe et dit y faire toujours attention. La majorité déclare cependant plutôt adapter leur attention au contexte. Ceux qui disent ne jamais s’en préoccuper sont très peu nombreux. L’immense majorité reconnait donc la nécessité de produire des textes orthographiquement normés dans des aspects de la vie sociale qui varient avec l’âge. Pour autant, les valeurs associées à l’orthographe par les deux groupes interrogés sont assez diversifiées. Si une partie d’entre eux reproduit des positions très conservatrices, la majorité se montre à des degrés divers ouverte à une réflexion sur la langue qui n’exclut pas une possible réforme.

  • Titre traduit

    Implementation and perception of French spelling among secondary school pupils and advanced technician students.


  • Résumé

    Nowadays, the omnipresence of written communication and digital development increase social needs for spelling skills in French-speaking countries. Several studies showed a level decrease, especially in grammatical morphology. Then we note a discrepancy between social needs for written production and French pupils’ skills. In our thesis, we investigate secondary school pupils’ spelling skills, with respect to performance, reasoning and perception of spelling social status. Given published studies, we make the following hypotheses : 1/ the most acute difficulties are concentrated in verbs and adjectives morphology ; 2/ pupils’ graphical procedures aren’t always compatible with written French morphosyntactic system ; 3/ given that the pupils grew up in France, their perception of spelling social status is consistent with observations in the rest of the population.French pupils are supposed to master French spelling at the beginning of senior secondary school. In practice, spelling isn’t actually taught after the fourth grade of secondary school in France. Therefore, our double investigation focus on two groups of pupils : from fourth grade of secondary school and from advanced technicien sections (STS) in short superior studies. We aimed to estimate their spelling performance and to establish which morphographic problems are the most difficult for them. For this purpose, we gathered 735 dictations from secondary school pupils and 178 from STS students. We completed this data with 135 interviews from secondary school pupils and 65 from STS students. These interviews fulfill two different goals : to establish which graphical procedures pupils use to solve their spelling problems and to investigate their perception of spelling.Our results confirm our hypotheses and enable us to refine them. Interviewed pupils’ knowledge of morphosyntaxic aspects in French is often insufficient to solve French difficulties, especially when syntax strays from the simplest pattern or in particularly complex cases like the past participle agreement. The analysis of the procedures used by the pupils in order to solve the difficulties shows that pupils don’t assimilate a part of the academic grammatical vocabulary. This suggests an investigation about the efficiency of current teaching methods. However, these difficulties to implement spelling standard are connected to a strong support of spelling social value. Some interviewed pupils say that they attach great importance to correct spelling and make every effort to respect it. However most of them declare that they adapt their degree of attention to the context. Very few assure never to worry about correct spelling. Therefore, almost all of them admit the necessity of writing according to spelling standard in some social contexts, which vary depending on their age. Nethertheless, spelling is linked with rather different values in their perception. Some of them reproduce very conservative positions but a greater part is open to a reflexion about language which doesn’t exclude spelling reform.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.