Bien-être versus mal-être au travail

par Camille Widad Cherkaoui

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Emmanuel Abord de Chatillon et de Jean-Marie Peretti.

Le président du jury était Annick Valette.

Le jury était composé de Daniel Françoise.

Les rapporteurs étaient Olivier Roques, Delphine Van Hoorebeke.


  • Résumé

    Le bien-être et mal-être sont des thématiques d’actualités, qu’il s’agisse des médias grand public, ou dans la littérature managériale. Les débats sur le mal-être au travail ont commencé à prendre de l’ampleur ces dernières années, jusqu’à en arriver à l’Assemblé Nationale et à l’accumulation de rapports publics sur le thème du mal-être. Ceci est la preuve concrète qui manifeste l’importance qu’a pris ce problème et l’implication progressive de l’État dans sa résolution (CAS, 2009 ; Copé et al, 2010 ; Dériot, 2010 ; Lachmann, et al, 2010). Prendre conscience du stress et de la souffrance dans les lieux de travail de nos jours, et vouloir améliorer le bien-être des salariés, n’a rien de fantaisiste.Cependant, s’il existe une abondante littérature sur le mal-être au travail, il demeure compliqué de donner une définition au bien-être au travail (Richard, 2012). Dès lors, l’ambition de ce travail doctoral, est d’étudier de manière assez complète le bien-être et le mal-être au travail, ainsi que les liens entre eux. Ceci dans le but de proposer un modèle de recherche le plus complet possible, adapté au contexte organisationnel actuel. Pour ce faire deux études qualitatives, une auprès d’une population d’infirmer, à l’aide de la méthode de l’immersion. Et une deuxième, menée par récit de vie auprès de salariés et fonctionnaires de la région IDF. Une seconde phase consiste en les études quantitatives. Quatre études ont été réalisées la première (n = 317 ), basées sur plusieurs entreprises, une deuxième (n=350), spécifique aux cadres dans un contexte de changement, une troisième étude auprès des agents public territoriaux (n = 1065) et une dernière, d’un cas d’une collectivité territoriale (n = 1374). Dès lors, cette thèse contribue à une meilleure compréhension du concept bien-être au travail, et à ressortir les différents modèles et théories sur les deux concepts, tout en mettant en évidence les points d’articulation des deux concepts bien-être et mal-être au travail. Ceci dans l’optique de développer différentes recommandations managériales afin d’améliorer le bien-être au travail, tout en ouvrant des pistes aux chercheurs des voies à de recherche à explorer.

  • Titre traduit

    Well-being vs ill-being at work


  • Résumé

    Well-being and ill-being are topical themes, whether in the mainstream media or in managerial literature. The number of debates on ill-being at work has begun to grow in recent years, reaching up to National Assembly level alongside the accumulation of public reports on the theme of ill-being. This is concrete proof of the importance of this problem and the progressive involvement of the State in its resolution (CAS, 2009, Copé et al, 2010, Dériot, 2010, Lachmann, et al, 2010). Acknowledging the stress and suffering within the workplace today, and wanting to improve the well-being of employees, is certainly not an imaginary issue.However, even if there is a wealth of literature available regarding unhappiness at work, it remains difficult to define what well-being at work actually is (Richard, 2012).Therefore, the ambition of this research paper is to study in the most complete way possible, what well-being and ill-being at work really means, as well as the links between them. The aim of this is to propose the most feasibly comprehensive research model, adapted to the current business-environment context. To do this, there are two qualitative studies that have been undertaken, one with nurses, using the method of immersion and a second study conducted with employees and public sector workers within the Paris region.A second phase consists of quantitative studies. Four studies were conducted; the first one (n = 317) was based on several companies, a second one (n = 350) was specific to executives in the context of organisational change, a third study related to public sector workers in particular areas (n = 1065) and the final study was based on a specific local authority (n = 1374).Therefore, this thesis contributes to a better understanding of the concept of well-being at work and serves to highlight the different models and theories surrounding the two concepts, while emphasising the specific characteristics of both well-being and ill-being at work. This will allow us to develop different managerial recommendations to improve well-being at work, while making it easier for researchers to explore different research avenues.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-10-2031

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes. Bibliothèque et Appui à la Science Ouverte. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.