La mise en oeuvre du droit à la santé au Cameroun

par Christophe Foe Ndi

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Samuel-Jacques Priso Essawe.

Soutenue le 28-06-2019

à Avignon , dans le cadre de École doctorale 537 « Culture et patrimoine » (Avignon) , en partenariat avec Laboratoire Biens, normes, contrats (Avignon) (laboratoire) .

Le président du jury était Delphine Costa.

Le jury était composé de Delphine Costa, Christophe Maubernard, Alain Didier Olinga, Martine Le Friant, Guylène Nicolas.

Les rapporteurs étaient Christophe Maubernard, Alain Didier Olinga.


  • Résumé

    L’Etat du Cameroun a pris un certain nombre d’engagements au plan international afin de garantir le droit à la santé de ses populations. Ensuite, il a procédé à la création d’institutions afin de rendre effectif ce droit. Bien qu’il subsiste encore quelques écarts entre les normes internationales et les mesures législatives et administratives prises au plan national, il est à présent opportun et nécessaire d’évaluer la capacité desdites mesures ainsi que celle des institutions qui les mettent en oeuvre, à garantir efficacement le droit à la santé. Cette évaluation conduit ainsi à poser le problème de la garantie du droit à la santé non plus sous l’angle de l’effectivité des normes et mécanismes, mais mieux sous l’angle de leur efficacité à prévenir les atteintes à la santé des populations.Cette démarche d’évaluation de l’efficacité amène à constater que les mécanismes juridictionnels et non juridictionnels contribuent de façon relative à la garantie du droit à la santé. Cependant, l’évaluation des stratégies et actions prises au plan national permet de conclure qu’il existe encore, en de nombreux aspects, d’énormes gaps avec les standards prescrits en la matière au plan international. Il en découle que malgré un cadre juridique et institutionnel assez étoffé, le Cameroun ne parvient pas toujours à protéger efficacement la santé de ses populations. Pour pallier ce problème, des réformes sont nécessaires dans l’approche et l’architecture du système de santé camerounais.Concernant l’approche du système de santé, il est nécessaire que ce système adopte une attitude plus proactive que réactive dans la protection de la santé des populations. En plus, le système de santé doit accorder plus de place aux déterminants de santé, donc à la dimension préventive, et non seulement à la dimension curative de la protection de la santé. S’agissant de son architecture, il apparaît aujourd’hui indispensable de mettre en place la couverture santé universelle afin de lutter contre l’exclusion des populations pauvres et vulnérables. Dans la même optique de garantie de l’accessibilité des populations aux services de santé,l’intégration de la médecine traditionnelle au système de santé camerounais contribuerait fortement à réduire les déserts médicaux et à alléger les coûts des soins et services de santé.

  • Titre traduit

    The implementation of the right to health in cameroon


  • Résumé

    The State of Cameroon has ratified numerous international instruments to guarantee the rightto health of its people. Further, it has created institutions with the aim of making this righteffective. Even though some gaps can still be observed between international norms andlegislative as well as administrative measures taken at the national level, the task now is toevaluate the capability of these national measures together with that of the institutionscharged with implementing them, in ensuring efficacy in the realization of the right to health.This approach therefore leads us to question the guarantee of this right no more in terms ofeffectiveness of norms and institutions, but rather in terms of their efficacy in preventinginfringements to the health of people.The efficacy-approach adopted in this evaluation brings us to acknowledge the fact that legaland non-legal mechanisms contribute in a relative manner in the guarantee of the right tohealth. However, the evaluation of the strategies and actions taken at the national level leadsto the conclusion that there still exists in various aspects, huge gaps with internationalstandards laid down in order to fully implement the right to health. Thus, it flows from whathas been mentioned above that even though the legal and institutional framework regardingthe right to health is rich, the State of Cameroon nevertheless does not succeed in protectingwith efficacy the health of its populations. To overcome this problem, some reforms arenecessary in the Cameroonian health system.Firstly, the Cameroonian health system needs to adopt a proactive rather than only a reactiveapproach in designing measures aimed at protecting people’s health. In addition, this systemshould take more into consideration health determinants, thus including the preventivedimension, and not only relying on the curative dimension of health’s protection. Secondly, itseems nowadays essential to put in place universal health coverage in order to fight againstthe exclusion of poor and vulnerable people. In the same vein of ensuring people’saccessibility to health care services, the integration of traditional medicine in the Cameroonianhealth system will deeply contribute to the reduction of medical deserts and to reduce thecosts of health services.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.