L'art de raconter à Uvea (Wallis, Polynésie occidentale) : une topologie narrative

par Alice Fromonteil

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Pascale Bonnemère et de Sophie Chave-Dartoen.

Le président du jury était Laurent Dousset.

Le jury était composé de Sophie Chave-Dartoen.

Les rapporteurs étaient Cécile Leguy, Alessandro Duranti.


  • Résumé

    Fondée sur une enquête ethnographique à 'Uvea (Wallis, Polynésie occidentale), cette thèse porte sur l’« art de raconter » (fakamatala) pour explorer la manière dont cette activité inscrit le narrateur et les énonciataires dans un cadre spatio-temporel façonné, expérimenté et vécu. Il s’agit d’interroger les conditions, les modalités et les effets des pratiques narratives, à l’heure où une série de mutations renouvellent profondément la société locale, notamment le statut de la parole et l’organisation foncière qui, en l’absence de cadastre, repose sur l’oralité. Présenté dans un second volume, un corpus bilingue regroupant cent récits oraux enregistrés et transcrits puis traduits avec des Wallisiens a été élaboré. Dans le sillage de l’anthropologie linguistique, la thèse envisage les arts de la parole comme des performances sociales, en suivant comme fil conducteur les formes d’expression déployées par les narrateurs pour articuler mise en récit et mise en espace. L’approche topologique développée permet d’englober les différentes échelles d’analyse pour examiner le sens des expériences, et constitue l’outil théorique avec lequel les interactions observées et les procédés narratifs identifiés sont considérés. C’est en tant que tel que cet objet d’étude sera envisagé, à partir du cas des orateurs wallisiens qui font de l’art verbal un puissant vecteur rhétorique et émotionnel pour s’approprier leur langue, leur terre et leur histoire, rappelant la nécessité de considérer que raconter, c’est faire.

  • Titre traduit

    The art of storytelling on 'Uvea (Wallis, Western Polynesia) : a narrative topology


  • Résumé

    Based on ethnographic fieldwork on 'Uvea (Wallis, Western Polynesia), this thesis concerns the “art of storytelling” (fakamatala) in order to explore the way in which this activity inscribes the narrator and the enunciators in a shaped, experienced and lived spatio-temporal framework. It examines the conditions, modalities and effects of narrative practices, at a time when a series of transformations is profoundly changing local society, particularly the status of speech and the organization of land tenure which, with no land registry, relies on orality. A bilingual corpus containing a hundred oral accounts recorded, transcribed and then translated with Wallisians is presented in a second volume. In the wake of linguistic anthropology, this thesis regards the spoken arts as social performances, taking as its main theme the forms of expression used by narrators to link storytelling and staging. The topological approach developed makes it possible to encompass the different scales of analysis in order to consider the meaning of experiences and constitutes the theoretical tool used to examine the interactions observed and the narrative processes identified. This is how the subject studied will be seen, based on the case of Wallisian orators who make verbal art a powerful rhetorical and emotional vector in order to appropriate their language, land, and history, recalling the necessity of considering that storytelling is acting.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.