Aux origines du surréalisme (1917-1924). "Un nouveau temps du verbe être"

par Damiano De Pieri

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Marie-Paule Berranger et de Rosanna Gorris.

Le président du jury était Myriam Boucharenc.

Le jury était composé de Marie-Paule Berranger, Rosanna Gorris, Myriam Boucharenc, Fabio Scotto.

Les rapporteurs étaient Myriam Boucharenc, Fabio Scotto.


  • Résumé

    Cette thèse se propose de reconsidérer la naissance du surréalisme dans la période entre 1917 et la publication du Manifeste du surréalisme en 1924. La première partie se concentre sur les années 1917-1918 et montre comment Aragon, Breton et Soupault ont tissé leurs réseaux pour s'insérer dans le champ littéraire avant de créer la revue Littérature. En même temps le désir et la nécessité de publier pour atteindre la légitimité entrent en conflit avec un esprit de groupe et des exigences différentes révélant une délicate stratégie entre adhésion et subversion. Le prétexte d'un essai sur le lyrisme demandé par Reverdy à Breton est l'occasion de mesurer la distance qui se creuse entre les trois amis et la génération des poètes aînés afin d'apprécier les chemins qu'ils ont emprunté pour renouveler l'écriture de la poésie en allant vers l'horizon plus ambitieux d'une critique du langage. Dans la deuxième partie, qui traite des 1919-1924, est d’abord considéré le rapport entre la poésie et l’espace public à la lumière de l’essor de la presse. Enfin, à partir des revues artistiques et littéraires est esquissée une cartographie des tendances esthétiques et idéologiques d'où émerge le surréalisme. Le corpus est constitué par les revues qui « entourent  » Littérature, c'est à dire qui forment le premier cercle autour de cette revue, au sens où elles sont mentionnées dans les rubriques consacrées aux revues et où elles accueillent parfois la signature des poètes du sommaire. Cet échantillon représentatif du champ littéraire permet de montrer le socle commun du surréalisme naissant aux modernistes et aux avant-gardes et, inversement, les lignes de fuite qui les distinguent. Cette étude s’inscrit ainsi à la croisée de la sociologie, de l’histoire et de la poétique.

  • Titre traduit

    The Origins of Surrealism (1917-1924). “A New Tense of the Verb 'be'.”


  • Résumé

    This dissertation aims to shed new light on the birth of surrealism in the period stretching from 1917 and the publication of Breton’s Manifeste du surréalisme in 1924. The first part of the thesis focuses on 1917 and 1918, highlighting how Aragon, Breton and Soupault built their networks in order to establish a place for themselves in the literary field before they went on to found the journal Littérature. The desire to publish, and the necessity to do so in order to acquire legitimacy, nevertheless conflicts with a strong group spirit as well as diverging demands, which reveal subtle strategies ranging from compliance to subversion. The occasion of an essay on lyricism that Reverdy commissioned Breton to write enables us to measure the distance that had come to separate the three poets from the preceding generation, and to explore the paths they followed as they strived to transform poetic writing and give it a broader horizon: that of being a critique of language itself. In the second part of the dissertation, which deals with the 1919-1924 period, we set out to examine first and foremost the relationship between poetry and public space, taking the rise of the press as a vanishing point. We then look at the landscape of the artistic and literary magazines of the time in order to sketch a map of the aesthetic and ideological orientations from which surrealism emerged. The corpus is formed of the reviews which “revolve” around Littérature, in other words the reviews which are related to it either because they are cited in the sections of the journal dedicated to other contemporary magazines, or because they involved the participation of the poets of the Littérature group themselves. This representative sample of the literary field allows us to reveal the shared foundation of surrealism, the modernists and the avant-gardes, but also the divergences that distinguishes it from them. This study thus places itself at the intersection of literary history, the sociology of literature, and literary criticism.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 04-10-2024

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.