Les systèmes éducatifs engendrent-ils des inégalités de bien-être ? : une recherche comparative internationale

par Janine Jongbloed

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Jean-François Giret et de Jake Murdoch.

Le président du jury était Bénédicte Gendron.

Le jury était composé de Jean-François Giret, Jake Murdoch, Bénédicte Gendron, Régis Malet, Magali Jaoul, Nathalie Mons.

Les rapporteurs étaient Régis Malet.


  • Résumé

    Cette thèse étudie le lien entre l’éducation post-secondaire et le bien-être dans une perspective comparative internationale, utilisant une conceptualisation du bien-être éclairée par l’approche des capabilités et les théories de l’épanouissement. Fondée sur une approche intégrant les perspectives des capabilités et du capital humain, l’éducation post-secondaire, opérationnalisée comme le diplôme le plus élevé obtenu, est supposée être significativement liée avec le bien-être, toutes choses étant égales par ailleurs, au niveau de l’individu et du pays. Des critiques majeures de ces approches, qui supposent des effets indirects par le biais de l’emploi au niveau individuel et par le biais des facteurs économiques au niveau national, sont également étudiées.Au-delà de ces liens globaux, des différences par pays sont anticipées. Par conséquent, un cadre analytique qui réunit la littérature des régimes de protection sociale et la recherche comparative sur l’éducation en Europe est proposé, basé sur une taxonomie analytique mesurant la stratification et decommodification de l’éducation post-secondaire dans un pays. Cette grille de lecture des « régimes éducatifs du bien-être social » est mobilisée pour comparer les niveaux de l’éducation et le bien-être parmi des individus et des pays, et le lien entre eux, examinant l’interaction « macro–micro » entre les arrangements institutionnels nationaux et les résultats relatifs à la qualité de vie. Ces effets sont testés paramétriquement dans des analyses de régression utilisant des termes d’interaction (afin d’évaluer les effets modérateurs) et une procédure en deux étapes de modélisation multi-niveaux, ainsi que des modèles de médiation comparant des perspectives de capital humain–capabilités (« human agency ») et des critiques relatives à la sélection sociale.Ces résultats sont interprétés au travers d’une optique ciblée sur les inégalités éducatives relatives à la qualité de vie, constatant que l’éducation et le bien-être sont significativement associés aux niveaux « micro » et « macro », toutes choses étant égales par ailleurs. Toutefois, les tendances dans l'intensité et le sens de cette relation entre pays sont complexes, variant avec l’opérationnalisation du bien-être utilisée et différant autant en fonction du niveau de stratification éducationnel que de decommodification éducationnel. Ces résultats appuient l’argument que les systèmes éducatifs jouent un rôle déterminant dans la formation des inégalités du bien-être.

  • Titre traduit

    Do educational systems generate well-being inequalities? : an international comparative analysis


  • Résumé

    This study investigates the association between post-secondary education and well-being in international comparative perspective, conceptualizing well-being as a capability-informed measure of flourishing. Based on a combined human capital–capability approach, post-secondary education, operationalized as highest post-secondary educational credential, is hypothesized to relate positively with well-being net of individual-level and country-level controls at both the micro and macro levels of analysis. Prominent critiques of these approaches, suggesting indirect effects through occupational sorting at the individual level and economic factors at the country level, are also explored.Beyond these overall associations, differences amongst countries are anticipated: Therefore, a modified educational welfare regimes framework informed by comparative educational research is proposed based on an analytical taxonomy mapping onto post-secondary educational stratification and decommodification. Levels of, and the association between, education and well-being are compared amongst individuals and countries, exploring the macro–micro interaction between institutional arrangements and life outcomes. Effects are tested parametrically in regression models using interaction effects and a ‘two-step’ approach to hierarchical data analysis, as well as mediation models comparing human agency-orientated perspectives and their social selection-based critiques.These results are interpreted through a frame of inquiry focused on educational inequalities in well-being, finding that education and well-being are significantly associated at both the micro and macro levels even with the inclusion of relevant control variables. However, patterns in the strength of these associations amongst countries are complex, varying with the operationalization of well-being used and depending on both levels of educational stratification and decommodification. These findings offer some support for the notion that equalizing, or non-stratifying, educational systems, as well as decommodifying redistribution efforts, are instrumental in the effort to counter inequalities in well-being.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.