Identités subies, identités intégrées : les Grecs dans les sociétés européennes du nord-ouest (Angleterre, Etats bourguignons, France et leurs marges) : début XVè - fin XVIè siècles

par Mathieu Couderc

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Patrick Boucheron.

Le président du jury était Jean-Philippe Genet.

Le jury était composé de Patrick Boucheron, Guillaume Calafat, Étienne Anheim.

Les rapporteurs étaient Annick Peters-Custot, Elodie Lecuppre-Desjardin.


  • Résumé

    Ce travail de thèse entend prendre en compte l'analyse d'un groupe humain évoluant dans un cadre géographique trop longtemps délaissé par l'historiographie et pour une période chronologique élargie par rapport à la tradition consacrée. Les Grecs, qui quittent leurs cadres de vie originels sous l'effet de causes variées (exils suite à la conquête ottomane intérêts économiques, humanistes ou religieux) entre le début du XVe siècle et la fin du XVI" siècle, se dirigent e majorité vers la Péninsule italienne. Certains n'y effectuent qu'un passage quand d'autres décident de s'implante durablement. Or, la chaîne montagneuse des Alpes a semble-t-il fait office de barrière infranchissable pour les Grecs aux yeux de nombre d'historiens. Or, les Grecs se déplacent hors d'Italie, quoiqu'en nombre très restreint : comme en Italie certains ne restent pas et d'autres s'installent. Leur étude révèle des logiques et des comportements originaux par rapport à ce qu'on observe plus au sud (comme l'organisation grecque en milieu urbain). La reprise de toute la documentation disponible mène à l'étude de trois axes majeurs : la construction d'une prosopographie grecque au nord des Alpes l'analyse des comportements sociaux des Grecs entre eux et avec les locaux ; une analyse fine des textes occidentaux que cherchent à comprendre, expliquer et verbaliser l'apparition de populations largement mal connues, souvent fantasmée et fréquemment décrites en des termes qui diffèrent de la vision personnelle que les Grecs peuvent avoir d'eux-mêmes. Toute l'analyse mène donc à une nouvelle approche de la fabrique des identités grecques.

  • Titre traduit

    Suffered Identities, Embedded Identities : the Greeks in North-western European Societies (England, Burgundian States, France) : early fifteenth - End sixteenth centuries


  • Résumé

    The aim of this work is about studying mechanisms of identities' creation. Indeed, The Greeks are people who were leaded to leave Greece because of political (the rise of the Turks), economics (some are merchant) or religious reasons (some became Catholics since the council of Florence in 1439). For these reasons, the Greeks came first to Italy. Few of them decided to follow their path to Northern Europe, towards England, Burgundian States and France. Of course, they were only a handful of them, but we tried to understand who were they and what was their purpose. First we determined what were their number their qualities, their activities and their intentions. Secondly, we tried to evaluate the Greeks as strangers or as members diasporic groups like the historiography traditionally qualify the m. We brought to light that the Greeks couldn't be understood as rigid societies which were never changing: sometimes they were received as strangers and excluded from western societies sometimes not. A Greek could change during his life : he could be a poor and foreigner migrant during a certain period an then become a rich merchant integrated to a western society few years later. The third part of our work was to understand t meaning of the word 'Greek' which is often applied in documents: did the word 'Greek' get the same meaning in England in France, during the early fifteenth century or the end of the sixteenth century? Of course, not. We explained the documentation built a stereotypical speech about the Greeks, about what they were supposed to be, to eat, to wear, to spear or to pray . This is the Greek Identities' Laboratory.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.