Le mythe du Lit de Procuste; séduire, réduire, redire

par Marion Apffel

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises, générales et comparées

Sous la direction de Frédérique Toudoire-Surlapierre.

Soutenue le 19-10-2018

à Mulhouse , dans le cadre de École doctorale des Humanités (Mulhouse) .


  • Résumé

    Sur la route entre Trézènes et Athènes, Procuste invitait les voyageurs à se reposer chez lui. Il les couchait dans son lit qui n'était adapté à la taille de personne : Procuste amputait alors ce qui qui dépassait ou étirait ses hôtes jusqu'à ce qu'ils remplissent parfaitement la forme de son lit. Le jeune Thésée le tua et relégua pour plusieurs siècles son adversaire à un rôle de faire-valoir du héros.Il faut remplir le lit de Procuste ; séduire pour attirer, réduire le corps, redire l'autre par sa parodie défigurée. Pour le faire nôtre, nous morcelons et réorganisons le réel sous forme de fiction. Or qu'arrive-t-il si ce processus d'appropriation du réel s'emballe et se substitue à toute autre forme d'organisation, d'analyse et de compréhension ?Dans l'Antiquité, Procuste est un barbare solitaire mais à mesure que le mythe le désindividualise, il est absorbé par l'antagonisme constitutionnel, impersonnalisé et universalisé. Cette évolution se poursuit au XXème siècle où le système totalitaire manifeste dans le concret les enjeux monstrueux de cette simple fiction.Une seule forme, une seule taille, une seule idée pour tous. Procuste exprime aujourd'hui les craintes contemporaines de médiocratisation. Cette figure nous renvoie autant à notre peur de disparaître dans l'anonymat de la foule qu'à notre profond désir d'appartenir à une identité. La méthode procustéenne vise un soulagement pour ceux qui ne veulent plus ni douter ni subir l'incertitude. Bien que nous redoutons le supplice du lit de Procuste, ce dernier propose une solution à l'expérience frustrante de vivre dans un monde qui évolue et se diffracte en une multitude de formes et de possibilités.

  • Titre traduit

    The myth of procrustes : seducing, reducting, retelling


  • Résumé

    On the way from Troezen to Athens, Procrustes invited travelers to rest at his home. He lay them down in his bed which size was unfit for all: Procrustes then lopped off of the exceeding limbs or stretched out his hosts until they fit the form of his bed perfectly. He was slain by Theseus and pushed into the background playing for many centuries to come the role of this hero’s stooge.The Bed of Procrustes must be filled ; seducing to attract, reducing the body, retelling as a disfigured parody. In order to own reality, one must first split, reorganize and give it the form of a fiction. Yet what happens if the process of appropriation of reality gets carried away and is substituted to any other forms of organization, analysis and comprehension?During the Antiquity period, Procrustes was a lonesome barbarian but as his myth disindividualizes him, he gets absorbed by the constitutional, civilized antagonism and acts through an impersonal and universal dominance. This evolution strives during the 20th century that witnesses the system of totalitarianism concretize the monstuous stakes of this simple fiction.One form, one size, one idea fits all. Procrustes expresses nowadays fears of mediocratization. This figure hightlights as much our fear to dissolve into an anonymous crowd as our yearning to belong and fit in an identity. The procrustean method aims to relieve for those who want to doubt or suffer uncertainty no more. As dreadful as Procrustes’ torture might be, he offers a solution to the unavoidable frustration of living in a world constantly evolving and diffracting in a multitude of forms and possibilities.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.